• Troubles Envahissants du Développement, Autisme, Hyperactivité...

     

    Choisissez les vidéos de votre choix en utilisant les flèches dans les 2 jukeboxs suivants:

    Utilisez les flèches (en bas du jukebox vidéo) pour sélectionner les vidéos de votre choix.
    Ou cliquez ici pour voir la liste entière des vidéos de cette playlist.
    Autisme-TED-Asperger-TDAH-Dys... (Youtube)

    Utilisez les flèches (en bas du jukebox vidéo) pour sélectionner les vidéos de votre choix.
    Ou cliquez ici pour voir la liste entière des vidéos de cette playlist.
    Autisme-TED-TDAH-Neurodiversité (Dailymmotion)

    Autisme & Neurodiversité dans Evolution de la conscience humaine / Jérémie Daniels (perlesdeconscience)

  • Le film de l'histoire de la vie extraordinaire de Temple Grandin + la conférence TEDTemple Grandin à la Conférence TED en 2010
    Temple Grandin à la Conférence TED en 2010

     
    Le film de 2008
    Biopic sur Temple Grandin, autiste de haut niveau, professeur d'université, spécialiste en structures de stockage animalier et mondialement connue pour ses différents articles parus dans la presse sur les questions d'autisme.


    http://nemesistv.info/video/OB3NGGAHWGY6/Temple-Grandin

     Temple Grandin

     
    Temple Grandin en 2011

    Temple Grandin (née le 29 août 1947), professeur de l'Université du Colorado, est une spécialiste de renommée internationale en zootechnie, atteinte d'un autisme de haut niveau. Propriétaire d'une entreprise de conseils sur les conditions d'élevage des animaux qui a fait d’elle une experte en conception d'équipements pour le bétail, Temple Grandin est également professeur en sciences animales de l'université de Fort Collins (Colorado).

    Au début de sa carrière, elle s'est fait connaître pour ses positions vigoureuses contre la shehita. Elle écrivit ainsi, après avoir visité un abattoir shehita, « J'ai des cauchemars depuis que j'ai visité l'usine de Spencer Foods en Iowa il y a quinze ans. Des employés portant des casques de football tiraient avec des lanières attachées au museau d'animaux à bout de souffle, maintenus par une chaîne entourant une de leurs pattes arrières. Chaque animal terrifié était forcé, avec une tige électrique, de pénétrer sur une plate-forme avec un plancher glissant à 45 degrés. Les animaux glissaient alors, puis tombaient et les employés les élevaient dans les airs par la patte attachée. Comme je fixais cette abomination, j'ai pensé : Ça ne devrait pas se produire dans une société civilisée. Si l'enfer existe, j'y suis. Je me suis promise d'inventer un système plus éthique pour les animaux1» « Du point de vue du bien-être de l'animal, la considération première pendant l'abattage est surtout la méthode stressante et cruelle de rétention utilisée dans plusieurs abattoirs2. »

    En février 2010, Grandin a remis en cause les protocoles utilisés dans des études néo-zélandaises sur la shehita et insisté sur l'importance qui doit être accordée à la taille du couteau employé lors du sacrifice et sur la nature du processus utilisé pour restreindre les mouvements des animaux pour atténuer la douleur3.

    Elle est aussi mondialement connue pour ses différents articles parus dans la presse spécialisée sur les questions d’autisme (« transition from the world of school into the world of work », « an inside view of autism » etc.) et ses deux ouvrages autobiographiques. Temple Grandin est également une autiste de haut niveau dont l'itinéraire est exemplaire. À travers son expérience personnelle, elle tente de faire découvrir l’autisme de l’intérieur, de donner quelques éléments de compréhension tant aux proches qu’aux professionnels qui les côtoient. Ma vie d’autiste est son premier ouvrage, il est paru aux États-Unis en 1986.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  • Ne te laisse pas tromper par ce que je laisse paraître, par les masques que je porte. Je laisse paraître plusieurs visages et très peu expriment ce que je suis. J’ai développé l’art de ne pas me laisser connaître mais, de grâce, ne te laisse pas tromper par ce que je laisse paraître. Je donne souvent l’impression d’être sécure, que tout va bien, que je n’ai besoin de personne. Mais ce n’est pas toujours le cas.

    Au fond, je suis souvent confus, j’ai peur et je me sens seul. Mais je sais très bien cacher ces sentiments. Je panique à l’idée que mes faiblesses et mes peurs pourraient paraître. C’est pour cela que je prends le masque de la nonchalance ou de la confiance en moi. Me sentant accepté lorsque je porte ces masques m’encourage à les garder parce que j’ai besoin de me sentir aimé.

    Mais je ne pourrais avouer ça à personne. Il y a trop de risques que je sois rejeté si on voyait mes faiblesses et mes peurs. J’ai peur de perdre ton respect ou que tu te moques de moi. Et ça je ne pourrais le supporter. Au fond de moi, j’ai souvent l’impression d’avoir peu de valeur personnelle et je ne voudrais pas que tu le saches, puisque alors je perdrais ton amitié, ton amour.

    Ainsi je joue un jeu qui ne me permet pas de vraiment me sentir aimé comme je suis. J’ai l’impression que c’est mon masque qu’on aime et j’ai peur de l’enlever pour découvrir que ce que je suis en réalité n’intéresse personne. Alors quand je joue mon jeu, essaie de ne pas te laisser tromper par moi. Essaie plutôt de bien m’écouter et d’entendre ce que je ne dis pas, ce que j’aimerais dire, mais que j’ai trop peur de dire à cause des conséquences que je crains.

    Comité TED-TSA sans frontières https://www.facebook.com/pages/Comité-TED-TSA-sans-frontières/153746958424

    Comité TED-TSA sans frontières

     
    Je n’aime pas ce jeu que je joue avec toi et avec les autres. J’aimerais bien mieux être spontané, et d’être moi-même. Mais tu dois m’aider pour que je me laisse aller à être ainsi. Chaque fois que tu essaies de me comprendre et de me témoigner ton respect, je sens que tout mon être reprend vie.

    Je veux te dire combien j’ai besoin de toi pour que je puisse laisser sortir ce que je suis au fond de moi. Toi seul peut m’enlever mon masque, toi seul peut me libérer de la prison que je me suis construite moi-même. Alors ne m’ignore pas, même si ce n’est pas facile pour toi à cause de mon arrogance ou de mon indifférence apparente. Je sens depuis longtemps que j’ai peu de confiance en moi et mes résistances sont fortes. Quand tu t’approches de moi, je suis souvent porté à te repousser même si, au fond, j’ai un besoin pressant que tu me rejoignes intérieurement.

    Mais s’il est vrai que l’amour est plus fort que tout, alors j’ai espoir que tu vas réussir à faire tomber mes résistances. Il te faudra être à la fois ferme et doux, puisque je suis une personne très sensible et très craintive. Tu peux te demander qui je suis. Pourtant tu me connais bien puisque je suis tous ceux et celles que tu rencontres.

    Auteur inconnu

    Rejoignez cette page soutenonslemur.org et aidez-nous à soutenir Sophie Robert pour la diffusion de son film "Le Mur: la psychanalyse à l'épreuve de l'autisme ".

    Pensez à partager et inviter, sensibiliser vos poches et amis !
    D'avance merci ! ;-)

     





    Autisme & Neurodiversité (perlesdeconscience)

    soutenonslemur.org
    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • Mobillisation pour Mallory et tous les adultes internés (Autisme, TED)


    A l'attention de ministre des affaires sociales

    Voué A L’EXILE L’ENFERMEMENT ?

    Signé cette pétition si vous êtes simplement touché ou parent d’un autiste vivant cette situation pour sortir Mallory et tous les autistes interné en psychiatrie.
    Mallory autiste est interné depuis plus de 2 ans sans personnel formé à l’autisme et balloté depuis son adolescence.
    Aucun lieu, aucunes places, des listes d’attente interminables, l’impasse.

    Trop peu d’établissements pour adultes ont été créés en France par nos gouvernements.
    Des milliers de famille en attente de place en établissements spécialisés. Un retard considérable.
    http://www.mesopinions.com/Mallory-voue-a-l-exil-l-enfermement---petition-petitions-ec9a189736c9d354997827c08148d9d9.html


    Les troubles du comportement s’accentuent sans encadrement spécifique :

    Nous demandons que des éducateurs spécialisés soient mis en place dès qu’un autiste séjourne en hôpital psychiatrique depuis plus d’un mois pour leur permettre au quotidien d’être stimulé par des méthodes cognitives adaptés à leur handicape afin d’éviter que les portes se ferment sur le peu d’établissements spécialisés et que des dossiers soient refusés.
    Donnons-leur toute leur chance d’être intégré, car nous constatons que bon nombre d’entre eux les refusent quand il n’y a pas eût ce maintien, surtout sur de longs séjours psychiatrique.

    Nous demandons des engagements concrets de nos gouvernements, que des moyens financiers soient mis en place en France pour que des lieux soient créés et adaptés aux autistes adultes dans les départements où ils sont le plus recensés pour éviter l’éloignement des familles concernés.

    Nous demandons que ces lieux soient en petite capacité d’accueil pour leur bien-être mais surtout pour maintenir l’équilibre au sein des groupes pour optimiser et pérenniser l’intégration de nos adultes autistes.

    Nous demandons des fonds afin que les autistes puissent intégrés les lieux dits de rupture et ainsi permettre que les délais de ceux qui sont en psychiatrie à tort, soit considérablement réduit.

    Nous ne voulons plus que nos autistes adultes séjournent pendant de nombreuses années en psychiatrie, ainsi nous libérerons ces places aux malades psychiques qui ont eux aussi ont besoin de soins.

    Nous avons écrit ce courrier pour tirer la sonnette d’alarme. En Octobre 2011 voir sur :
    mallory-monblog-comblog4ever.com


    Monsieur le Ministre des affaires sociales et de la santé .

    C’est avec une vive inquiétude que je tiens à vous faire part de la situation des autistes en France et en particulier à celle de mon fils Mallory. Voici le résumé d’un article publié par la journaliste Isabelle Eustache en 2001 qui rend compte assez bien du problème :

    L’autisme touche plus de cent milles personnes en France dont 20 000 adultes. Des efforts ont été réalisés ces dernières années dans la prise en charge des enfants. Malheureusement, il reste encore beaucoup trop à faire pour les autistes plus âgées car dès l’adolescence, ils doivent quitter le centre d’accueil pour enfant et chercher une place dans un établissement adapté lesquels n’existent pratiquement pas ! Cette situation dramatique a entrainé l’internement de 2 000 à 3 000 adultes autistes dans des hôpitaux psychiatriques lesquels ne sont absolument pas adaptés à leurs besoins. Environ autant accèdent à des institutions spécialisées mais près de 3 000 d’entre eux doivent immigrer vers des établissements en Belgique ! Les autres, c’est à dire 20 000 autistes adultes, plus de la moitié, faute de mieux, sont contraints à rester dans leur famille sans encadrement et sans soins spécialisés. Comme vous pouvez le constater, il y a dans notre pays une situation alarmante liée au manque de moyens déployés pour les autistes. Selon l’association Autisme en France, depuis le lancement du « plan autisme » par Simone Veil en 1995, seules 824 places en 5 ans auraient été crées dont 459 pour les adultes alors que les besoins réels se chiffrent en milliers. Les listes d’attente sont interminables, les établissements réservent en priorité leurs places aux patients de leur département et de plus, certains refusent d’ouvrir leurs portes aux malades dont les troubles du comportement sont trop importants ou pire encore les exclus en cours d’année.


    Monsieur Le Minitre, si je m’adresse à vous, c’est parce que malheureusement rien a changé depuis 2001. Les associations ont constaté que les efforts tendent surtout vers l’application de la méthode ABA dédiée aux enfants. C’est un pas bien-sûr, mais le sort des adultes est confronté à une impasse : soit ils sont voués à l’exil quand ils trouvent de la place en Belgique avec un éloignement du cercle familial, soit ils sont voués à l’enfermement dans des hôpitaux psychiatriques parce qu’il n’y a pas dans les centres français d’accompagnements spécifiques à certains troubles dont souffrent un grand nombre d’autistes. Aujourd’hui la Belgique, qui était pendant un temps l’Eldorado des centres pour autistes, ferme ses portes aux français par manque de place. Ce qui rend la situation encore plus difficile, c’est qu’il n’y a aucun système d’accompagnement à domicile pour les autistes français qui vivent avec leur famille. Le manque d’institutions, de foyers et de lieux de vie en France et la surcharge en Belgique engendrent des situations tragiques.

    C’est dans ce contexte, Monsieur le Ministre, que j’attire aujourd’hui votre attention sur ce drame national qui touche tant de famille pour faire appel à votre haute bienveillance en tant que mère d’un jeune autiste adulte de 22 ans.
    En effet, mon fils Mallory est maintenant interné depuis plus de 2 ans dans un hôpital psychiatrique. Ce n’est pas sa place et nous le savons tous. Depuis, déprimé par cet enfermement, son état s’est aggravé et continu à s’aggraver de jour en jour. Il a perdu 30 kg en un 6 mois. Il pesait 85 kg à son entrée en Février 2009 aujourd’hui il pèse 47 kg. Son état physique et mental se dégrade de manière très inquiétante. Tous les progrès qu’il avait faits ces dernières longues années sont en régression. Tout ce qu’il a appris avec moi avec le soutien des institutions spécialisées destinées aux enfants est en train de se volatiliser. Tout ce long travail d’apprentissage, de patience, de persévérance, car il en faut beaucoup avec un enfant autiste, est aujourd’hui en train d’être détruit. Et plus le temps passe, plus l’enfermement devient un poids et plus il s’enfonce lui aussi dans l’isolement qui caractérise sa maladie alors que nous avancions si bien avant qu’il rentre dans un hôpital psychiatrique.

    Monsieur le ministre, il en va de sa vie et de son évolution si rien n’est fait très rapidement et j’ose encore espérer que notre état français saura prendre en compte cette situation pour donner aux autistes le respect et la dignité que tout être mérite. J’ose espérer que notre pays fasse de mon combat le sien également et celui de tous les parents d’autistes. Que ferons-nous de nos adultes malades lorsque nous serons devenus des parents trop vieux. La psychiatrie ne peut pas offrir l’unique solution.

    Aujourd’hui, dans l’attente que la situation générale change, que les familles concernées au quotidien puissent avoir les moyens nécessaires pour faire intervenir un personnel spécialisé à domicile et des soignants ou que des centres ou lieux de vie puissent être mis en place, je vous implore, Monsieur le Ministre, de m’aider à trouver une solution plus viable pour mon fils Mallory, de nous aider sur la prise en charge d’une institution et d’y trouver une place. En effet l’hôpital Barthelemy Durand a Etampes et la psychiatre ont envoyé 20 dossiers, 1 seul nous a répondu par l’a négatif. Les soignants ainsi que Me Baraud psychiatre qui suit mon fils, considère que cela fait trop longtemps que Mallory est là, que ce n’est effectivement pas sa place d’autant plus que personne n’ai formé sur la prise en charge des autistes et aucun moyen n’ai donné au service qui fait de son mieux.

    Monsieur le Ministre, c’est une mère désemparée qui vient vers vous. Je vous livre ici une infime partie de l’enfer que nous vivons, mon fils Mallory et moi.

    Dans l’attente d’une réponse, je vous prie d’agréer, monsieur le Ministre, mes sincères salutations les plus sincères.

    http://www.mesopinions.com/Mallory-voue-a-l-exil-l-enfermement---petition-petitions-ec9a189736c9d354997827c08148d9d9.html

     
    Signons également...
    http://www.mesopinions.com/la-psychanalyse-a-l-epreuve-de-l-autisme-petition-petitions-ef23e69dd8c2aedb177e708e3622d038.html

    http://www.ccdh.fr/forms/Petition-contre-la-reforme-de-la-loi-sur-les-hospitalisations-psychiatriques_f2.html


     Il vous est recommandé les articles et liens suivants :

    Le Mur: La psychanalyse à l’épreuve de l’autisme (le film menacé d'interdiction !)

    Soutien à Sophie Robert pour la diffusion de son film sur la psychanalyse



     

    Sandrine Bonnaire - Extrait de "Elle s’appelle Sabine !"

     

    Elle s’appelle Sabine (Sandrine Bonnaire)

     

    Autisme - Scandale français

     

    Autisme, Le Scandale Des Enfants Oubliés (Zone Interdite - 04 Oct. 2008)

     

    Jukebox de la playlist Autisme-TED-TDAH-Neurodiversité


     
     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • Heidi Stevenson

    Incapacité mentale ou physique chez l’enfant : Une preuve flagrante vise les vaccins
     Quelles sont les causes d'autisme ? Le CDC voudrait nous faire croire que nous ne le savons pas. Or, sa propre étude semble contenir une preuve flagrante pointant directement sur les vaccins.

    Gaia Health, Heidi Stevenson, 28 mai 2011

     

    Publiée par le CDC dans la revue Pediatrics, une étude contient cette information horrible : En Zunie, un enfant sur six présente un trouble du développement [*], et l’immense majorité des cas de cette augmentation sont représentés par l'autisme, avec près de quatre fois (289,5%) plus d’enfants souffrant de ce trouble en 2008 qu'en 1997. Comme d’habitude, les gens du CDC (Centres de contrôle des maladies) affirment n'avoir aucune idée du pourquoi de la chose.
    [* Ndt : Developmentally disabled : « Handicap mental ou physique, du genre paralysie cérébrale ou retard mental, survenant avant l'âge adulte et qui dure habituellement toute la vie. »]

     

    Or, l’étude elle-même contient une preuve flagrante, et elle vise directement les vaccins. Le compte-rendu pour le public indique :

    Par rapport aux enfants blancs et noirs non-hispaniques, les enfants hispaniques ont une prévalence plus faible à plusieurs handicaps, incluant le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité et l’incapacité d'apprendre (à l'exception du bégaiement, qui est plus fréquent chez les enfants noirs).

    Pourquoi les enfants hispaniques sont-ils moins gravement touchés ?

     

    Pourquoi les enfants hispaniques sont-ils plus épargnés par les troubles du développement ? L'étude ne pose pas cette question. Le CDC voulait peut-être l’éviter. Mais, dans ce cas, pourquoi ? Qu'est-ce qui diffère chez les Hispaniques ?

    Ça ne peut pas être le statut de minorité. Sinon, des différences dans les autres groupes minoritaires seraient notées. Mais ce n'est pas le cas.

     

    Les Hispaniques sont plus susceptibles que les Anglos [*] de vivre dans la pauvreté. Par conséquent, ils sont plus susceptibles d'être accablés par des pollutions toxiques, puisque le revenu influe grandement sur le lieu où peuvent vivre les gens et aussi parce que ceux à l'extrémité inférieure du spectre financier sont plus susceptibles d'être employées dans des environnements toxiques. Donc, si la première cause de l'autisme et des autres troubles du développement était la pollution toxique, alors les Hispaniques devraient avoir un taux élevé de troubles du développement, plutôt qu’un taux inférieur.
    [* Ndt : Les Anglos (item 2) sont les Américains du Nord blancs parlant anglais et de souche ni espagnole, ni française.]

     

    En Zunie, les Hispaniques sont réputés souffrir d’un taux de diabète astronomique, et cela a été directement mis en rapport avec leur régime malsain. En conséquence, on pourrait s'attendre à les voir souffrir de plus de troubles du développement. Mais cette étude démontre le contraire.

    Si la génétique seule pouvait expliquer le grand taux d'autisme et de troubles du développement, alors cette épidémie n’aurait pas pu se produire [*]. C’est pourquoi, ça ne peut pas être la cause.
    [* Ndt : Du fait que les autistes n’ont guère de descendance.]

    Il n'y a qu'une seule explication qui semble s’accorder au faible taux de troubles du développement chez l’Hispanique : les vaccinations. En Zunie, les Hispaniques sont nettement moins enclins à faire vacciner leurs mioches. C’est considéré comme un problème dans certains milieux médicaux ; le Journal of the American Board of Family Medicine de Medscape a discuté d'une méthode pour tenter d'améliorer ce « problème. »

     

    La preuve flagrante

    Est-ce que le CDC a fourni par inadvertance une preuve irréfutable en publiant « Trends in the Prevalence of Developmental Disabilities in US Children, 1997–2008 » [Tendances de la prévalence aux troubles du développement chez l’enfant zunien, 1997-2008] ? Ça ressemble certes à ça. Est-ce que le CDC a l'intention d’étudier la question ? Apparemment pas.

     

    Nancy Murphy, la doctoresse en médecine présidente de l'American Academy of Pediatrics, brait le prétexte officiel, faux d’une manière flagrante. Selon elle : « Beaucoup d'enfants qui seraient autrefois passés entre les mailles du filet sont [aujourd’hui] diagnostiqués. » Mais, le fait est que l'autisme, l’affection constituant le gros du boom des troubles du développement, est une chose qu’il est difficile de rater. D’inexistants il y a 80 ans, ils sont passés à près d’un enfant sur six ! Il est vraiment abracadabrant que quelqu’un puisse avoir l’idée d’essayer d’expliquer sérieusement que l'écart résulte de l’amélioration du diagnostic.

     

    Le rapport des gens du CDC n'a même pas abordé la question de la cause, en dépit du fait qu'ils décrivent l'étude ainsi :

    C’est actuellement l’étude la plus importante en Zunie pour aider à identifier les facteurs pouvant faire risquer aux enfants des désordres du spectre autistique et d'autres troubles du développement. Comprendre les facteurs de risque qui rendent une personne plus susceptible de développer des désordres du spectre autistique ou d’autres troubles du développement, nous aidera à en savoir plus sur les causes.

    Mais ils ont seulement rendu compte de la fréquence des troubles du développement, pas de leur cause, et ils ont soigneusement évité toute discussion à propos des facteurs de risque

     

    Il semble assez évident que le CDC a mis directement le doigt sur la cause probable de l'autisme. Leur manque d'intérêt à s’y attacher devrait rendre évident qu’il n’est pas dans leur intérêt de supprimer la plus horrible des épidémies s’attaquant la qualité de vie de nos enfants. Leur intérêt est de protéger les coupables, afin de leur permettre de continuer à fabriquer leur came, de les préserver de toute responsabilité, et de les pousser à harceler chaque enfant unique à l’aide de tous les moyens à leur disposition.

     

    Le CDC a toujours refusé d’étudier pourquoi l'autisme est inexistant chez les Amish et les enfants non vaccinés de la clinique Homefirst du Dr Mayer Eisenstein. Nous avons à présent un faible taux de handicaps intellectuels dans un groupe représentant un grand pan de population, et il est moins vacciné que les autres grandes parties de la population.

     

    Si la moindre proportion de troubles du développement – principalement l’autisme – chez les Hispaniques n’est pas dû à un taux vaccinal plus faible, le CDC doit le démontrer avec des études totalement publiques, dont chaque document, chaque protocole et chaque bribe d'information seront disponible gratuitement sur Internet. Tant qu’ils ne le feront pas, ils nous laisseront toutes les raisons de penser que les vaccinations sont effectivement la cause première de ces maladies dévastatrices.

    Original : www.gaia-health.com/articles451/000468-developmentally-disabled-hispanic-vaccine.shtml
    Traduction copyleft de Pétrus Lombard

    Silence, on vaccine !
    http://www.youtube.com/playlist?list=PL1E25D898782631E1

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le Mur: La psychanalyse à l’épreuve de l’autismeJ’ai regardé, il y a quelques jours, le reportage publié par Autistes sans frontières: Le Mur.

    Je m’attendais au pire – je n’ai pas été déçue.

    Pendant une heure, cet excellent reportage fait parler des psychanalystes très connus, notamment les Pr. Delion ou Golse, grands pontes et chefs de service dans des grands hôpitaux de France.

    Pendant une heure, j’ai entendu aberration après aberration, des centaines accusations à peine masquées – en particulier envers les mamans, à qui on reproche tout.

    Nous les mamans, nous sommes des crocodiles, infanticides et incestueuses à la fois, castratrices envers les papas qui, eux, sont vu comme une force toute puissance qui doit écarter l’enfant de la mauvaise influence de sa mère – si on leur en laisse le loisir, bien évidemment.

    Une psychanalyste, débattant de l’inceste, se permet moins de dire que l’inceste paternel envers sa fille n’est pas très très grave, que ça ne fait que rendre les filles « un peu débiles » mais qu’elles sont relativement fonctionnelles par la suite. L’inceste maternel, avec le fils, par contre, provoque de l’autisme.

    Un autre psychanalyste admet somnoler régulièrement à côté des enfants autistes qu’il est sensé aider.

    En parallèle, le reportage montre deux familles. Une d’entre elles a suivi les méthodes comportementales (PECS, TEACCH, ABA), et l’enfant a, certes, des problèmes, mais parle, va à l’école, est propre, social, bref, il vit bien son handicap. L’autre famille, une maman avec son fils adolescent, a été soumise aux conneries psychanalytiques antédiluviennes, et ce depuis des années. Le résultat: un adolescent qui ne parle pas, qui n’est pas propre sur lui, et qui reste à l’hôpital de jour la majeure partie de son temps.

    Je vous propose de retrouver ce reportage ici, à voir et à revoir, pour bien comprendre pourquoi Autisme Infantile et les associations françaises se battent contre l’empire psychanalytique.

    Le Mur: La psychanalyse à l’épreuve de l’autisme

    Une longue enquête réalisée auprès d’une trentaine de pédopsychiatres-psychanalystes, dont quelques-uns parmi les plus grands spécialistes français de l’autisme, afin de démontrer par l’absurde – de la bouche même des psychanalystes – de l’inefficacité de la prise en charge psychanalytique de l’autisme.

     

    LE MUR, La psychanalyse à l'épreuve de l'autisme - Partie 1 from linkiz on Vimeo.

    LE MUR - La psychanalyse à l'épreuve de l'autisme - Parite 2 from linkiz on Vimeo.

    LE MUR – La psychanalyse à l’épreuve de l’autisme - Partie 3 from linkiz on Vimeo.

    Bonus

    LE MUR – La psychanalyse à l’épreuve de l’autisme. Bonus Partie 1 from linkiz on Vimeo.

    LE MUR – La psychanalyse à l’épreuve de l’autisme. Bonus Partie 2 from linkiz on Vimeo.

    Nous vous proposons, afin de promouvoir ce reportage, d’en parler sur tous vos réseaux sociaux, en donnant le lien vers une page qui le diffuse, et en vous choisissant un avatar « crocodile » pour les mamans, et un avatar « stylo bic » pour les papas (vous comprendrez pourquoi si vous avez regardé le reportage).


    itw de Sophie Robert par autisme.info31 par autisme_info31

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • TED (Troubles Envahissants du Développement: "l'Autisme" en général, le syndrome d'Asperger, le TDAH=hyperactivité, les DYS...)

    jeudi 14 octobre 2010, 16:42

     

     

    D'après moi, autiste est synonyme d'atypique! Et ce n'est pas un hasard si les personnes concernées par l'autisme appellent les personne "normales" des neurotypiques (NT) !

     

    Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Normaux!!!

    http://troubles-normaux.kazeo.com/

    Le Syndrome Neurotypique
    http://troubles-normaux.kazeo.com/Diagnostiques/Le-Syndrome-Neurotypique,a1903730.html

    Le trouble de la personnalité normal

    http://troubles-normaux.kazeo.com/Diagnostiques/Trouble-de-personnalite-normal,a1892739.html

    Le trouble de consciences simultanées
    http://troubles-normaux.kazeo.com/Diagnostiques/Le-trouble-de-consciences-simultanees,a1932477.html

     

    Communication prédictive réactive (CPR) et Communication Franche et Directe (CFD).

    http://www.aspiequebec.org/?cat=18

    On pourrait même parler "d'atypisme" plutôt que d'employer ce terme "autiste" qui est très mal définit et considéré par beaucoup comme une maladie, en France notamment où les psychanalystes tiennent les ficelles...
    Psychanalyse vs autisme
    http://www.dailymotion.com/playlist/x1pc1g_Niels33160_psychanalyse-vs-autisme

     

    Le terme de neurotypique est quand même controversé, inventé pour différencier les non-autistes des autistes, il est parfois mal employé, connotations péjoratives selon les cas. Certains diront que c'est encore une étiquette pour diviser les gens... Je crois que cela n'ont pas tout compris !

    Je ne me lancerai pas dans une définition de l'autisme car chacun en a sa propre vision et bien d'autres s'y sont déjà risqués!

    Et je n'ai pas fini le tour de la question... En deux mots, c'est un trouble neurodévellopemental. Rares seront les définitions où vous trouverez ce terme ! Les causes sont multifactorielles mais principalement génétiques, environnementales et métaboliques. Voire cosmique ! Mais si, vous verrez !

    Sachez juste que l'autisme est à l'homme, ce que les fleurs sont à la nature !!! Je veux dire par là qu'il existe une multitude d'autisme, chaque autiste ayant ses "caractéristiques", de l'autisme "sévère" (de Kanner, non-verbale, régressif) à l'autisme "léger" (autisme de haut-niveau (AHN), syndrome d'Asperger (SA), autisme atypique, TED/NS pour non spécifié, certains "surdoués" et autres "médium", "shaman"...) variant en gamme et en intensité. Enfin, tout ça, c'est les termes utiles pour parler à un "praticien"...
    Le français lambda risque de vous fuir si vous prononcez de trop ces mots ! Aurait-il peur d'être "contaminé" ? Hé hé

    Je tente juste d'étayer un peu le sujet pour y voir plus clair, aider à comprendre, sensibiliser, ouvrir les yeux...

    Sachez que nombreux sont les autistes qui s'ignorent ! Et on constate depuis quelques années des formes d'autisme dite "régressive", en augmentation... Ah tiens, c'est bizarre ça ?!

     Dans cette introduction, je parlerais surtout du SA (et de mes ressentis sur le sujet), la suite de l'article approfondit les autres domaines.

    A propos de l'autodiagnostic, très fréquent chez les aspies (aspie = personne "atteinte" du syndrome d'Asperger) qui se découvre tardivement, souvent à l'âge adulte, parfois très tard (le psychologue que j'ai vu m'a parlé d'un aspi qui s'est découvert à la retraite !) et très souvent mal perçu voire carrément dénigré par un entourage plus ou moins large... Faute d'un minimum de connaissances sur le sujet par ce dernier, comme dans la majorité des conflits idéologiques et surtout de la non perceptibilité de la plupart des caractéristiques qui font le diagnostic (quand on ne les connait pas), souvent compliqués et/ou impossibles à exprimer, tellement différents selon les personnes !

    Déjà, pour en arriver à un tel constat, il faut s'être remis sacrément en question et s'être suffisamment documenté pour faire tout les liens entre les faits, les signes, les ressentis, les preuves qui ramènent à de l'autisme ! Bien sûr, seul un diagnostic "officiel" serait LA vérité pour que beaucoup l'admette... Et c'est bien la seule chose qui confirmerait et ferait taire tout les dénis, encore faut-il s'adresser à un spécialiste hors des schémas "pharmaco-psychanalytique" habituels et bien au fait de l'autisme (et pas à la française), notamment le SA très méconnu ! Les "gens" qui se posent des questions sur eux-même vont habituellement payer pour "voir quelqu'un"... Drôle de démarche !

    Et pourtant, je n'y ai pas coupé, tellement tout le monde en doutait ! J'en sors avec le diagnostic officieux, syndrome d'Asperger "subtil" très probablement avec TDAH, d'un "spécialiste" , le psychologue Ludovic Lefebvre. Ok, ça confirme mes doutes. Mais ne fait pas taire certains dénis.

    Et puis, j'ai plutôt bien évolué jusqu'à là, de prise de conscience en prise de conscience !!! C'est pourquoi je ne m'arrête pas au concept du syndrome autistique qui, je pense, n'est qu'une étape nécessaire à mon parcours dans le grand cycle de l'évolution ! C'était un voile (http://www.dailymotion.com/video/xfibpq_l-asservissement-et-les-8-voiles-de-la-connaissance_news) qu'il m'a fallut enlevé mais j'ai pris conscience (encore une fois, grâce à mes ami(e)s) que cela pouvait être aussi un concept limitant... Ah bon entendeur !!! ;-)
    Pour moi, ça a été la plus grosse révélation depuis bien longtemps (pas le diag officieux de janvier 2011, je savais déjà, la prise de conscience au fil de l'année 2009, en plein burnout...). Et sans cela, vous ne me liriez sans doute pas.

     

    Il ne s'agit pas de se ranger dans une boîte et d'y moisir ! Il s'agit plutôt de comprendre et prendre conscience de qui l'on est pour mieux comprendre comment on fonctionne, pourquoi ces différences de fonctionnement, de perceptions avec "les autres" (visions dualistes de 3ème dimension...) et tenter ainsi de mieux ou simplement de s'épanouir, se créer un mode de vie et un environnement "adapté" à sa personnalité pour maximiser ses chances, pas forcément de survie mais presque selon les cas... Vous avez dû remarquer avec le temps qu'il y a des personnalités + ou - compatibles. Chacun doit être libre de choisir ses fréquentations, parfois un peu de tri peut être nécessaire pour mettre de côté les "aspirateurs énergétiques" !

    Attention toutefois, ce n'est pas parce qu'un aspie ne donne ou ne prend pas de nouvelles d'une personne que celle-ci ne fait plus parti de ses amis  et/ou qu'elle ou il ne pense pas à elle ! Cela n'a rien avoir avec cela et c'est vrai que cela peut laisser porter à confusion. Les aspies ont généralement beaucoup de mal à entretenir les relations sociales, amicales, souvent même une simple conversation... Comme s'ils étaient câblés différemment !

     

    En fait, je crois que seule la personnalité, l'éducation, les comportements, la culture et la façon de penser d'un individu qui en résulte sont sources de différences... D'après moi, avant d'être un trouble neurodéveloppemental (cause), l'autisme est une façon d'être, de penser, de percevoir et d'agir, une personnalité donc et toujours propre à chacun, en fonction de l'héritage ADN de sa  famille ! Nous sommes tous des êtres humains (enfin plus ou moins !), tous pareils mais tous différents, pas un atypique se ressemble (logique!) et les "typiques" ne sont pas tous semblables non plus... Et heureusement!!!

     

    Il ne s'agit pas non plus de dire les autistes entres autistes, les NT entre eux... Il n'y a rien de plus stupide, sectaire et contre-productif que de faire cela! N'aviez vous jamais remarqué que l'hybridation, le métissage et le brassage des cultures amélioraient souvent les choses? Les uns ont à apprendre aux autres!!!

     

    Ça me fait toujours rire cette polémique de l'étiquette ou de la catégorisation des gens... On parle bien de catégories socio-professionnel en sociologie... D'autres (à priori mal informés et peu altruistes!) parlent mêmes de "races" alors on voit bien qu'il y a différentes façon de voir et d'interpréter les choses! Seuls ceux qui ne se sont jamais vraiment attardés à leur cas et/ou ne se remettent jamais en question critique cela. On dirait qu'ils ne voient chez ceux qui ont, portent ou "se donnent" une "étiquette" qu'une "excuse" à ces différences !

    La critique est facile, c'est bien connu... Surtout quand c'est du déni pur et simple !!! Sans réflexion et sans un minimum de connaissance sur le sujet (attitude typique et caractéristique d'une utilisation exagéré et non maîtrisé de l'hémisphère cérébral gauche...), notamment contre ceux qui s'autodiagnostiquent et n'ont pas ou ne veulent pas de diagnostic officiel... Cela passent pour des "des "illuminés", des "malades imaginaires" ou que sais-je. D'ailleurs je ne suis pas encore au bout de mes découvertes, j'avance encore un peu tous les jours ! Notamment quand trouve à lire sur les enfants actuels (ou indigo...) ! Mais non, je ne parle pas de "la dite secte", ooohhhh, c'que certains d'entre vous peuvent être rabat-joie et pleins de préjugés (pensée unique...) ! ;-)

     

    De toute façon, vu la renommée du SA en France, il n'est pas si utile d'avancer les termes de cette "appellation d'origine incontrôlée"!!! Au risque d'amplifier l'effet savant fou... Mieux vaut se faire discret, paraît que les savants n'ont pas le droit à l'erreur...

     

    Concernant un éventuel chapitre sur la prise en charge (pour les enfants surtout et qui en ont besoin), je vous laisse le soin de vous renseigner sur les sites nommés, trop de débats avec Paul et Mickey... Le VB pour Verbal Behavior ou comportement verbal en français, et tout l'Amour qui devrait en découler, semble cependant être la "science" la plus crédible et la plus prometteuse dans le domaine, toujours en évolution donc !

     

    Bonne lecture et bon visionnage! ;-)

     

    P.S: En complément vous pourriez lire aussi

    Troubles de la personnalité/comportement: Hyperactif Borderline, Schizoïde et liens avec Autisme, Schizophrénie, Bipolaire...

    http://mylittlesos.eklablog.com/troubles-de-la-personnalite-comportement-hyperactif-borderline-schizoi-a4755995

     

     

    • L'Autisme, de la famille des TED:

     

    Qu’est-ce que l’autisme?

    http://www.explania.com/fr/animations/detail/quest-ce-que-lautisme

     

    Pour une définition juste de l'autisme

     

    "Le dictionnaire Le nouveau Petit Robert, dans son édition 2010, propose la définition suivante de l'autisme : « Psychiatr. Trouble du développement caractérisé par un détachement de la réalité extérieure, la vie mentale du sujet étant occupée tout entière par son monde intérieur. L'autisme est l'attitude caractéristique des schizophrènes ».

    Si l'on considère que cet ouvrage est une référence de la langue française et que ses utilisateurs sont en quête de renseignements afin de mieux comprendre le monde qui les entoure, peut-être même expliquer à un enfant les particularités d'un enfant autiste scolarisé avec lui, on comprend les ravages qu'une définition manifestement aussi erronée et enfermée dans la vision archaïque de la psychanalyse des années cinquante peut causer.

    Un sondage récent demandé par l'association Autistes sans frontières met en exergue le manque de connaissances sur l'autisme, tant du grand public que du monde médical. Le détail de ce sondage peut être vu en suivant ce lien: www.autistessansfrontieres.com

     

    Dans les grandes lignes, il apparaît que peu de personnes sont en mesure de définir de manière juste ce qu'est l'autisme, en tenant compte de l'avancée de la recherche, mais également des points d'ombre."

    http://autisme.suite101.fr/article.cfm/pour-une-definition-juste-de-lautisme (par Plume de Souris)

     

    L'autisme n'est pas un appendice

     

     

    "L'autisme n'est pas quelque chose qu'une personne a, ou une "coquille" dans laquelle une personne est enfermée. Il n'y a pas d'enfant normal caché derrière l'autisme. L'autisme est une manière d'être. Il est envahissant; il teinte toute expérience, toute sensation, perception, pensée, émotion, tout aspect de la vie. Il n'est pas possible de séparer l'autisme de la personne... et si cela était possible, la personne qui vous resterait ne serait pas la même personne que celle du départ.

    C'est important, aussi prenez un moment pour y réfléchir : l'autisme est une manière d'être. Il n'est pas possible de séparer la personne de l'autisme." (...) Jim Sinclair

    texte intégrale: http://autisme.france.free.fr/docs/e5.htm

     

    Signes de l’autisme infantile

     

    "...Voici une liste non exhaustive de signes qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille s’ils sont présents dans le comportement de votre enfant en plus des trois signes importants expliqués au-dessus:

    • le mutisme,
    • il regarde votre main lorsque vous pointez un objet du doigt, au lieu de regarder l’objet,
    • il fait tourner les objets,
    • il aligne ou empile les objets,
    • il ne joue pas de manière adéquate avec ses jouets et les porte plutôt à sa bouche ou les fait tomber,
    • il agite les mains (flapping) lorsqu’il est content ou énervé, de manière inutile,
    • il amène votre main sur l’objet désiré au lieu de le pointer du doigt,
    • il se balance beaucoup,
    • il aime être seul, ne cherche pas à attirer votre attention sur ses activités et est “dans son petit monde” même entouré de beaucoup de gens,
    • il est hypersensible au bruit et se bouche régulièrement les oreilles,
    • il ne se retourne pas lorsque vous l’appellez par son prénom,
    • vous vous êtes déjà demandé s’il était sourd,
    • il n’apprend pas lorsque vous lui montrez l’exemple (imitation),
    • il n’aime pas le changement (résistance au changement) (d’endroit, de jouet, d’habitude) et fait une crise lorsque quelque chose n’est pas comme d’habitude..."

    http://autismeinfantile.com/observation/depistage/signes-de-lautisme/?awt_l=CHGzR&awt_m=LCa0A3jJFb1vYx

     

    Autisme : des facteurs sous estimés, des évidences trompeuses, des causes difficilement avouables

     

    "Il faut espérer que l’accroissement spectaculaire des cas va modifier le laxisme des pouvoirs publics sur ce sujet. Toutefois, il est temps de faire la distinction entre l’autisme classique, qui peut être génétique comme on se plaît à nous le répéter, et l’autisme régressif, qui sévit depuis le milieu des années 80 et qui ne peut être génétique. L’enfant qui se développait normalement commence à régresser à partir de 18 mois. Cette sorte d’autisme bien particulier est cinq fois plus fréquente que l’autisme classique."... Très instructif!

    http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/autisme-des-facteurs-sous-estimes-24790

     

    DOSSIER: Autisme et troubles envahissants du développement

    http://www.psychomedia.qc.ca/autisme/dossier/autisme-et-troubles-envahissants-du-developpement

     

    http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/les-troubles-du-spectre-autistique-58842  

    http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/en-france-l-autisme-n-existe-pas-41157

    http://www.carevox.fr/sante-maladies/ABA-et-traitement-de-l-autisme-le-point-pour-mieux-comprendre

     

    Les causes 

     

    Multiples... Génétiques, biologiques, environnementales...

     

    Génétique et infections ==> vaccins notamment

    Voir mon autre article...

    Pourquoi vous devriez dire non aux vaccins!!!

    http://www.facebook.com/note.php?note_id=435284383730

     

    Autisme et schizophrénie: pas toujours une question d’hérédité

     "« Notre recherche souligne l’importance des mutations de novo dans la prédisposition génétique à l’autisme et à la schizophrénie. Nous avons observé une fréquence accrue de mutations de novo sévères dans les principaux gènes cérébraux associés à ces deux maladies », explique le directeur de cette étude, Guy Rouleau, professeur à l’Université de Montréal, directeur du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine et chercheur au CRCHUM.

    Qu’est-ce qui pourrait bien provoquer de telles mutations génétiques «récentes» et sévères ?

    C’est quelque chose ça ! Il ne s’agit pas de la longue et patiente évolution de la vie… qui avance à si petits pas que la science ne peut qu’émettre des hypothèses à son sujet; il s’agit de mutations qui se produisent pendant une courte période: la vie d’un seul être humain. Ce n’est pas rien ! On ne parle pas de l’âge des sujets mais imaginons qu’il devait bien y avoir quelques enfants parmi ceux atteints d’autisme non ? Nous devons comprendre ce qui provoque des mutations sévères et aussi rapides de l’ADN humain !

    Que s’est-il passé pendant la vie de ces personnes pour que certaines de leurs cellules cérébrales mutent aussi dramatiquement ? Quand on ne peut plus pointer l’hérédité que reste-t-il ? on ne viendra pas dire que c’est provoqué par un état de conscience altérée non ? (je pense donc je mute) la conscience n’influence pas la matière à les entendre.

    Alors c’est quelque chose de physique ? peut-être quelque chose que ces sujets ont ingéré (d’une manière ou d’une autre) durant leur vie, peut-être au début de leur vie, alors que leur organisme était particulièrement vulnérable et délicat ? qui sait ? Nous avalons et nous faisons injecter tellement de cochonneries au cours de notre vie qu’aucun scientifique ne peut avancer qu’à long terme, ces différents mélanges soient sans danger.

    Si cette recherche n’est pas jugée trop risquée par l’industrie, elle pourrait mener à d’autres études au cours desquelles je vous parie qu’on regardera de tous les côtés, sauf dans la direction du (ou des) présumés coupable(s).

    Pensez-vous que l’industrie (incluant l’industrie chimico-agro-alimentaire qui s’en met plein les poches en nous empoisonnant à petits feux) va subventionner sa propre perte ? Les vrais coupables peuvent se cacher encore longtemps, leurs bouc-émissaires sont interchangeables et la vie de ces derniers n’a pas plus d’importance que la nôtre à leurs yeux..."

    http://www.resterenvie.com/blogue/?p=992

     

    Blog de l'exposition itinérante des victimes du vaccin hépatite B!

    "Nous insistons sur les faits suivants:

     

    1°) Il existe deux types d'autisme: l'autisme inné (dit "de naissance") qui survient très tôt dans la vie de l'enfant et l'autisme appelé "autisme régressif", ce dernier ne se manifestant qu'après un certain stade du développement de l'enfant qui avait toujours été parfaitement normal et harmonieux jusqu'alors.

     

    2°) Ce n'est pas parce que les vaccins ne sont pas la cause de 100% des cas d'autisme, tous types confondus que l'on peut rationnellement nier ce lien. Une augmentation de 700% des cas d'autisme ne saurait en effet être d'origine génétique. Et en ce qui concerne la façon différente de procéder aux diagnostics, elle n'explique pas non plus la cause de cette augmentation gigantesque. Où sont donc les autistes de plus de 20 ans? Nous sommes en droit de nous interroger...

     

    3°) Différentes études scientifiques ont démontré par a+b que le mercure des vaccins était en mesure d'engendrer des lésions neurologiques sévères dont une des conséquences, mais pas la seule, peut s'avérer être l'autisme.

     

    4°) Puisque l'on sait le mercure des vaccins toxique, comment a-t-il pu se retrouver (et se retrouve encore, quoi qu'on en dise) dans nombre de vaccins alors que ceux-ci s'adressent justement à des gens sains, en majorité?

     

    "Certains documents révèlent que le laboratoire Eli Lilly, premier utilisateur du thimérosal, était depuis le début au courant de la nocivité de ce produit, pouvant entraîner des dégâts importants et même causer la mort chez les animaux et les êtres humains. C'est ainsi que, dès 1930, cette société a testé le produit chez 22 personnes souffrant de méningite terminale, elles sont toutes rapidement décédées ! Le laboratoire Eli Lilly n'a jamais fait mention de la catastrophe et, bien au contraire, a déclaré le thimérosal parfaitement sûr ! A cette époque, en 1935, les chercheurs du laboratoire Pittman Moore, lui aussi fabricant de vaccins, préviennent de leurs essais cliniques défavorables au thimérosal.

     

    Le laboratoire Eli Lilly déclare ne pas être au courant ! 50 % des animaux vaccinés par Pittman Moore tombant malades, les chercheurs de la société déclarent le conservateur inadapté à l'usage chez le chien !

     

    Cela n'empêcha pas l'armée américaine de vacciner certains soldats pendant la Seconde guerre mondiale à l'aide des vaccins Lilly !

     

     

    Beaucoup plus tard, en 1967, une étude parue dans "Applied Migrobiology" établit la responsabilité du thimérosal dans la mort des souris vaccinées à l'aide de vaccine enrichie de ce conservateur ! Il aura fallu attendre 1971 pour que le thimérosal soit enfin considéré, par le laboratoire Lilly, comme toxique cellulaire, à la concentration d'une part par million (1 ppm), soit 100 fois moins que dans les vaccins courants !"source: Geocities

     

    5°)  Le rôle toxique des vaccins dans la genèse de l'autisme est complexe et ne saurait se limiter au seul mercure. S'il a en effet été prouvé que cette substance éminemment toxique peut générer de tels troubles, d'autres aussi peuvent faire de même car, précisément, les vaccins contiennent d'autres substances neurotoxiques comme par exemple l'aluminium, utilisé dans une majorité de vaccins. Des vaccins comme le DTC et le vaccin hépatite B peuvent donc eux aussi engendrer l'autisme et pas seulement le ROR comme on croit souvent. Dans ce dernier cas, outre le mercure, c'est le virus vaccinal lui-même qui peut être à même d'engendrer l'autisme. En effet, comme l'ont démontré les travaux du Dr Wakefield, c'est en érodant la muqueuse intestinale de l'enfant que le virus vaccinal agit de façon néfaste. Celui-ci, de par sa persistance anormale in situ, va irriter la muqueuse, la rendant anormalement perméable à des molécules courantes incomplètement digérées (surtout le lactose et le gluten), lesquelles vons pénétrer le courant sanguin et rejoindre le cerveau via la barrière hémato-encéphalique où elles pourront léser des circuits neuronaux c'est à dire des réseaux de cellules nerveuses d'où des phénomènes comme l'autisme régressif justement.

     

    “C’est une véritable épidémie … Il est grotesque de prétendre qu’il n’existe aucun lien entre l’autisme et la vaccination sauf des coïncidences. La vérité est que des enfants sont blessés par les vaccinations."

     

     

    Dr. Bernard RIMLAND

    Directeur et fondateur du Autism Research Institute Of San Diego

    http://expovaccins.over-blog.com/article-32217100.html

     

    Chélation des métaux lourds dans le cadre de l’autisme régressif

    http://emmanuelleseve.unblog.fr/2006/05/25/chelation-des-metaux-lourds-dans-le-cadre-de-lautisme-regressif/

     

    Malade par les vaccins ?! Non ?

    http://www.dailymotion.com/video/xh13ao_malade-par-les-vaccins-y-non-y_tech

     

    Autisme: Protocole complet d'analyse

    http://www.dailymotion.com/video/xhat7v_autisme-protocole-complet-d-analyse_news

    Dossier vidéo: Autisme et Vaccination

    http://www.dailymotion.com/video/xh9r8l_dossier-video-autisme-et-vaccination_news

     

     

    Les Vaccins expliqués par Andrew Moulden (incontournable!)

    http://www.noslibertes.org/dotclear/index.php?post/2010/03/27/452

    La face cachée des vaccins (Dr Marc Vecoutère) (incontournable!)

    http://www.dailymotion.com/video/xaqalb_la-face-cachee-des-vaccins-1_news

    http://www.dailymotion.com/video/xaqbfc_la-face-cachee-des-vaccins-2_news

    http://www.dailymotion.com/video/xaqc9u_la-face-cachee-des-vaccins-3-fin_news

    !!! Autisme/Vaccination sous vos yeux !!! (simple constat!!!)

    http://www.dailymotion.com/video/xc389g_autisme-vaccination-sous-vos-yeux_news

    Preuves video VACCIN = POISON DEGUISE (MERCURE ALUMINIUM TEMOINS)

    http://www.youtube.com/watch?v=YlqPCiuTa1A

    Robert Kennedy Jr sur les vaccins (rectifié) S/T

    http://www.dailymotion.com/video/xdv4mg_robert-kennedy-jr-sur-les-vaccins-r_news

    Médias serviles: Autisme/Mercure Simpsonwood

    http://www.dailymotion.com/video/xc382g_medias-serviles-autisme-mercure-sim_news

    La santé des enfants NON vaccinés - Dr Berthoud   

    http://www.youtube.com/watch?v=AWO1afVCg5k

    Effets du mercure sur les neurones S/T

    http://www.dailymotion.com/video/xbjwjo_effets-du-mercure-sur-les-neurones_news

    Les intoxications au Mercure, Aluminium, Cadmium Dr Montain

    http://www.dailymotion.com/video/xe09fa_les-intoxications-au-mercure-alumin_news

    Albert Algoud - Son combat pour les autistes

    http://www.dailymotion.com/video/xd3odm_albert-algoud-son-combat-pour-les-a_news

     

    La vaccination et l’autisme, par Ginette Boulanger

    "La prévalence de l’autisme a augmenté de 600% au cours des 20 dernières années. Il est plus que temps de trouver les causes de cette augmentation.

    Je vous présente Ginette Boulanger, auteure, webmastre, mère d’un adulte autiste… je la connais depuis une dizaine d’années et j’ai rarement connu personne aussi intègre.

    Elle a publié deux romans dont celui-ci: Écoute mes yeux.

    Je l’ai invitée à vous parler du lien possible entre vaccination et autisme… elle est une mine de renseignements, je souhaite qu’elle revienne nous parler des divers problèmes que rencontrent les personnes souffrant de TED, autisme etc… "

    http://www.resterenvie.com/blogue/?p=724

    http://www.resterenvie.com/blogue/wp-content/uploads/2010/02/autisme_Prevalence_Graph_12_18_2009.pdf

     

    Maladie de Lyme

    http://www.lyme-infections-autisme.com/

    http://www.lyme-infections-autisme.com/symptomes.html

    http://nelly.pointis.free.fr/

     

    Témoignage d'un médecin sur la maladie Lyme

    http://www.youtube.com/watch?v=pjfxwASXYwA

     

     

    Les forces de l'autisme

     

    "Des chercheurs de Montréal ont dévoilé un potentiel intellectuel insoupçonné chez nombre d'autistes apparemment déficients. Cette découverte ouvre la voie à de nouvelles approches éducatives.

    Une nouvelle vision de l'autisme, qui considère ce comportement atypique non pas en termes de déficits, mais de capacités et de forces, fait de plus en plus d'adeptes dans la communauté scientifique. Cette nouvelle façon d'aborder l'autisme a permis notamment de révéler un potentiel intellectuel souvent insoupçonné chez des enfants qui, en apparence, semblaient atteints de déficience..."

    http://www.innovationcanada.ca/fr/articles/the-power-of-autism

     

    Intégration scolaire

     

    Un témoignage de personne TED sur la scolarisation

    http://www.dailymotion.com/video/xf3ux8_un-temoignage-de-personne-ted-sur-l_school

    Scolarisation en milieu ordinaire au Québec

    http://www.dailymotion.com/video/xf6qjn_scolarisation-en-milieu-ordinaire-a_school 

    Scolarisation et savoir-faire spécifiques

    http://www.dailymotion.com/video/xf6768_scolarisation-et-savoir-faire-speci_school

     

     

    Articles et témoignages

     

    Je vous livre aujourd’hui le témoignage de Caroline à propos de l’autisme, des difficultés de la vie quotidienne et du combat que doivent mener les parents d’enfants différents... en France notamment !

    "Un Petit Prince différent"

    http://autismeinfantile.com/temoignages/un-petit-prince-different/

     

    Témoignage d une jeune femme autiste sur le shutdown et le meltdown

     

    "On manque de vocabulaire relatif a l'autisme en france, je voulais donc faire un point sur le shutdown et le meltdown afin d'aider les autistes ou les parents d'autistes a les reconnaitre pour savoir comment les gerer. e shutdown est une réaction a une chose appelée en anglais "sensory overload", qui peut se traduire par "surcharge sensorielle"en francais, mais qui peut aussi survenir dans d'autres situations que j'aborderai plus tard.

     Les autistes ayant des dysfonctionnements sensoriels, tels qu'un défaut de traitement des informations auditives, visuelles, du toucher en particulier, mais aussi du gout et de l'odorat , un afflux trop varié, puissant ou prolongé d'informations difficiles a traiter peut devenir insoutenable et mener a un shutdown.Le shutdown est une défense de l'organisme contre les agressions sensorielles." (...)

    http://www.facebook.com/note.php?note_id=10150298448365483&id=1458205232

     

     

    Progrès dans la neurobiologie de l'autisme

    http://www.autisme.qc.ca/TED/recherche/etiologie/progres-dans-la-neurobiologie-de-lautisme.html

     

    Témoignage des parents de Tristan, 7 ans, autiste…

    http://crapotoenfantautiste.blogspot.com/2009/12/temoignage-tres-touchant.html

     

    http://autismeinfantile.com/category/temoignages/

     

    Sites, forum et groupes/pages facebook sur l'autisme

     

    Comité TED-TSA sans frontières - Information et outils de sensibilisation sur l'autisme et les troubles envahissants du développement

    http://comiteted-tsa.over-blog.com/

     

    ASPERANSA Association pour la Sensibilisation à la Protection, l’Éducation et la Recherche sur l’Autisme, et Notamment le Syndrome d’Asperger.

    http://www.asperansa.org/

     

    www.autismefrance.org présente les dernières informations en matière d'autisme (recherche, articles, congrès…), des conseils pratiques et une documentation complète

    http://autisme.france.free.fr/

    http://autisme.france.free.fr/basedocu.htm

    http://autismeinfantile.com/

    http://www.autisme.qc.ca/

    http://autismepaca.aceboard.fr/

    http://www.asperger-integration.com/

    http://www.autistessansfrontieres.com/

     

    Groupes/pages Facebook:

    Autisme Infantile

    http://www.facebook.com/AutismeInfantile

    Autistes sans frontières

    http://www.facebook.com/pages/Autistes-sans-frontieres/126933594015405

     

    Livres:

    Comprendre les personnes autistes de haut niveau: le syndrome d’Asperger à l’épreuve de la clinique

    http://autismeinfantile.com/ressources/livres/comprendre-les-personnes-autistes-de-haut-niveau-le-syndrome-dasperger-a-lepreuve-de-la-clinique/

    Le Syndrome d’Asperger et l’autisme de haut niveau

    http://autismeinfantile.com/ressources/livres/le-syndrome-dasperger-et-lautisme-de-haut-niveau/

    Comment pense une personne autiste?

    http://autismeinfantile.com/ressources/livres/comment-pense-une-personne-autiste/

    Tranche de vie d’une maman optimiste… autisme, hyperactivité, précocité

    http://autismeinfantile.com/ressources/livres/tranche-de-vie-dune-maman-optimiste-autisme-hyperactivite-precocite/

    Les troubles autistiques: Du repérage précoce à la prise en charge

    http://autismeinfantile.com/ressources/livres/les-troubles-autistiques-du-reperage-precoce-a-la-prise-en-charge/

    Intervention béhaviorale auprès des jeunes enfants autistes

    http://autismeinfantile.com/ressources/livres/intervention-behaviorale-aupres-des-jeunes-enfants-autistes/

    Les troubles du comportement associés à l’autisme et aux autres handicaps mentaux

    http://autismeinfantile.com/ressources/livres/les-troubles-du-comportement-associes-a-lautisme-et-aux-autres-handicaps-mentaux/

     

     

    • Le syndrome d'Asperger (SA, Aspie) et/ou l'autisme de haut niveau (AHN):

     

    "Le SA est un trouble envahissant du développement qui fait partie de l’extrémité «haute » du continuum autistique.

    Les principales perturbations des sujets atteints d’autisme de «haut-niveau » ou du SA touchent la vie sociale, la compréhension et la communication. Ces troubles sont la conséquence d’une anomalie de fonctionnement des centres cérébraux dont la fonction est de rassembler les informations de l’environnement, de les décoder et de réagir de façon adaptée. Le sens des mots, la compréhension et la communication sont affectés. Le sujet ne parvient pas à décoder les messages qui lui arrivent (il paraît submergé par la «cacophonie » de l’environnement), ni à adresser clairement ses propres messages à ceux qui l’entourent. Il est dispersé dans l’espace, déphasé dans le temps, dépassé par les échanges, et sa communication maladroite et hésitante se perd le plus souvent dans des tentatives avortées.

    Pour être moins dispersé, il se concentre sur les détails ; pour être moins déphasé, il se complaît dans les routines ; ses échecs de communication avec les autres l’amènent à une concentration exclusive sur lui-même, sans pour autant le satisfaire (d’après G. LELORD).

     

    Les atteintes peuvent être plus ou moins sévères selon les personnes, et les principaux signes que l’on peut retrouver à différents degrés sont :

     

    Þ    L’apparition des troubles le plus souvent vers l’âge de 3 ans. <span>(parfois les troubles ne sont "flagrants" que bien plus tard!)

    Þ    Un Q.I. global sensiblement normal, mais qui ne suffit pas au bon fonctionnement social en raison des autres troubles. <span>("L'intelligence" varie beaucoup d'une personne à l'autre, du "simplet" au surdoué, selon le domaine aussi...)</span>

    Þ    Les difficultés dans les relations avec les autres, adultes ou enfants, liées à une quasi-incapacité à percevoir les «signaux » sociaux et à les interpréter correctement.

    Þ    Une incapacité à appliquer la «théorie de l’esprit » : ils sont persuadés que les interlocuteurs savent ce qu’ils savent eux-mêmes. <span>(avec le temps, il est fort possible que cela s'arrange, un peu du moins...)

    Þ    Les perturbations de la communication avec les autres, tant à travers les mots qu’avec les autres formes de communication non verbale (contact oculaire, mouvements corporels, expressions du visage...), avec absence apparente d’émotions sociales. <span>(dans des cas manifeste...)

    Þ    Un langage apparu sans retard, apparemment riche, au vocabulaire étendu, mais au contenu limité, et avec des remarques répétitives ou sans rapport avec le sujet.

    Þ    Un langage et une compréhension au sens littéral des mots et expressions, d’où un trouble de la compréhension des choses entendues ou lues (incompréhension des jeux de mots) ; ils ne comprennent pas le sens figuré comme «donner sa langue au chat ». ça aussi, l'ironie ça s'apprend, nombreux sont les aspies justement très habiles avec les mots! Raymond Devos??? Mon paternel?!)

    Þ    Une façon de parler manquant de naturel, précieuse, guindée, avec une voix souvent haute et monocorde. <span>(Et les chanteurs alors? Mickaël Jackson et tant d'autres pour pas dire la plupart des vrais grand noms! Pour moi, c'est évident!)

    Þ    Un langage corporel et des expressions du visage souvent inappropriés. <span>(Selon les cas...)

    Þ    Un attachement excessif à certains objets, une fixation sur un sujet, des obsessions et des répétitions, la réalisation de rituels.

    Þ    Un mode de vie routinier, avec une grande rigidité, et d’importantes difficultés à gérer les changements, les imprévus.

    Þ    Une extrême ou hypersensibilité auditive (certains bruits forts), olfactive, visuelle (gêne aux néons) et souvent une hyposensibilité au froid et/ou à la chaleur.

    Þ    Des problèmes sensoriels : ils n’aiment pas être touchés, et évitent les contacts physiques. (En général)

    Þ    Une naïveté et une grande crédulité, les rendant très vulnérables. (Souvent mais pas toujours...)

    Þ    Une maladresse physique, avec parfois une démarche particulière, et un comportement pataud lors des activités sportives. (pas forcément, la preuve avec cet autiste qui rentre sur le terrain 5 min avant la fin d'un match et qui sauve son équipe... Jason McElwain Autistic Basketball Player http://www.youtube.com/watch?v=1fw1CcxCUgg ou Rodney Mullen, le skaterboarder qui n'ose plus faire de compétition, regardez plutôt...http://www.youtube.com/watch?v=PcbCCFb0zXI  Et Mickaël Jordan, Zizou, Maradona et tant d'autres???)

    Þ    Une mémoire inhabituellement développée, surtout pour les faits et les détails ; mais cette mémoire est automatique, encyclopédique, et avec un esprit critique peu développé. (Mémoire pas forcément encyclopédique, surtout basé sur les intérêts restreints en fait... La critique, ça vous gagne!  Et Laurent Gerra? )

    Þ    De grandes connaissances dans un domaine très spécifique.

    Þ    L’isolement volontaire «autistique », avec des activités solitaires. (trouble schizoïde? http://schizoide.net/ )

    Þ    Une certaine tendance au balancement ou au trémoussement, surtout lors des périodes de concentration. (Ou de stress!)

    Þ    Les personnes atteintes du SA sont souvent perçues comme étranges ou excentriques, voire distantes, d’où les difficultés d’insertion socioprofessionnelle.

    Þ    Certains sujets réalisent qu’ils sont différents, mais ne savent pas en quoi.

    Þ    Certains adultes découvrent qu’ils présentent un SA au moment où l’on diagnostique cette pathologie chez leur enfant : ils se reconnaissent alors dans le tableau clinique.(Nombreux cas oui!)

    Þ    La baisse de son estime de soi, sa fragilité, vont entraîner un sentiment de frustration, qui lui-même entraînera des problèmes de comportement, parfois une dépression, voire le suicide. (==> trouble de la personnalité limite = Borderline</span> http://www.aapel.org/ )

    Tous les gamins violents de par leur détresse ne sont pas pour autant de futurs psychopathes.

    Les enfants atteints de SA se font régulièrement manipuler, ce sont d’éternelles victimes potentielles.

    Ils sont pourtant à la recherche d’amis et sont capables de manifestations évidentes d’amour.

    Tous ces troubles peuvent être parfois difficile à supporter pour l’entourage.

     

    Il y a des points positifs :

     

    Une personne atteinte du SA est persévérante, dit ce qu’elle pense, n’a pas de péjoratifs.

    Elle n’a pas non plus de préjugés (racisme, sexisme...)

    Elle peut évoluer, compenser ses manques et améliorer ses comportements si son entourage l’aide.

    http://www.asperger-integration.com/pageID_7169309.html#LSD

     

    Mythes au sujet du syndrome d’asperger

     

    "Le syndrome d’Asperger est un « Autisme léger »...  Il n’y a  rien de  « Léger » au sujet de l’autisme.  L’asperger est un désordre neurobiologique qui a un effet  profond sur les habilitées de base de la vie.  Les individus avec l’asperger luttent immensément pour surmonter leurs déficits. Ils doivent travailler fort pour apprendre ce que d’autres apprennent intuitivement.  Pour un observateur, les aspergers peuvent semblé "moins affligé" que les autistes classique ; cependant, pour ceux qui vivent avec le désordre, leurs luttes ne sont pas «légères».

     

    Les gens avec le syndrome d’Asperger ont de mauvais parents...  Le syndrome d’asperger n’est pas la conséquence de la manière qu’un enfant a été élevé.  La recherche courante a déterminé qu’il y a une composante génétique.  Les parents des enfants avec l’Asperger possèdent souvent beaucoup de traits d’Asperger. Par exemple, un père peut avoir un comportement très persévérant et une mère peu montrer de la rigidité.  L’enfant diagnostiqué avec le Syndrome d’asperger à la combinaison des traits des deux parents qui se combinent ensemble pour donner le diagnostic d’Asperger.

    Ceux avec le syndrome d’Asperger sont grossiers et incapable d’empathie et de compassions envers les autres... Souvent, en raison de leur incapacité de percevoir les intentions et les perspectives des autres et leur capacité altérée de lire le non verbal et les nuances dans la communication sociale journalière, les individus avec l’Asperger ne réagissent pas ou ne réagissent pas de façon approprier.  Ce n’est pas  qu’ils s’en foutent c’est qu’ils ne réagissent pas à ce qu’ils ne peuvent pas voir. La communication est une rue à double sens. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que quelqu’un reconnaisse et réponde à ce  qu’ils ne connaissent pas.

     

    Certains avec le Syndrome d’Asperger ne font pas de contact visuel et ignorent les gens... Il est vrai que certains  individus avec l’Asperger fassent un contact visuel limité ou leur contact visuel ne semble pas significatif ; cependant, ils ne choisissent pas d’ignorer quelqu’un délibérément mais c’est plutôt le résultat d’une « théorie altérée de l’esprit ». 

     

    La modification de comportement et les mesures punitives sont des techniques appropriées à employer avec des individus avec le syndrome d’Asperger... Quand un individu avec l’Asperger se montre inadéquat où  « méchant » ce comportement est rarement le résultat d’un choix obstiné sur leurs parts mais plus probablement le résultat de leurs perceptions erronées du milieu social ou simplement une réaction a une surcharge sensorielle. Le traitement le plus efficace emploie des mesures positives accompagnées de techniques visant à augmenter la prise de conscience et la compréhension du comportement de l’individu et l’effet de ce comportement sur les personnes autour d’eux. Les explications devraient être concrètes et logiques et contextualiser  la façon dont un  comportements appropriés les bénéficieront personnellement.

     

    Les gens avec le Syndrome d’Asperger manque d’imagination...

    En fait. Les Aspergers possèdent typiquement des imaginations vives, créatrices et uniques. Pendant le jeu, l’imagination des enfants avec l’Asperger est souvent exempte d’expressions imaginatives qui exigeraient prendre la perspective ou le point de vue d’une autre personne. Par exemple, ils ne pourraient pas "faire semblant" d’être une autre personne parce que cela exigerait une capacité de voir les choses selon la perspective d’une autre personnes. À cet égard l’expression de leur imagination ne sont pas typiques.

     

    Les individus avec le syndrome d’Asperger ont un Q.I. supérieur ...

    Certaines personnes avec le syndrome d’Asperger  ont un Q.I. élevé.  Cependant bien plus ont un Q.I. moyens et se battent avec des troubles important d’apprentissage."

    http://www.aspiequebec.org/?p=23

     

    La communication chez la personne porteuse du Syndrome d'Asperger

     

    "Le délai de raisonnement étant plus important pour une personne porteuse du Syndrome d'Asperger que les autres, le mode de communication verbal est source d'incompréhension, de rejets...

     

    De plus sous la critique le stress augmente et les capacités dans le domaine complexe des interactions sociales, elles, diminuent.

     

    Imaginer une balance (même modèle que celle qui symbolise la Justice ):

     

    - le stress augmente la balance penche du mauvais côté ( interactions sociales de + en + déficientes)

     

    - le stress est absent , décontraction, confiance, absence de jugement, là la balance s'équilibre

     

    La personne Asperger compense en faisant appel à l'intellectualisation des échanges relationnels.

    Mais le recours à l'intellect épuise très vite et nécessite des phases de repos et de retrait !

     

    C'est pour cela que nos enfants ne peuvent pas se concentrer sans s'énerver toute une journée à l'école.

    Ils sont obligés de développer 2 fois plus d'efforts , l'apprentissage avec décodage et le comportement social.

     

    L'Orthophoniste qui utilise la BD pour les apprentissages, en 1 heure elle obtient le résultat de 2 jours d'école, car elle utilise le support visuel, le côté ludique et la créativité !

     

    Et oui savoir transmettre la connaissance aux aspergers, la clef est là !

     

    Une personne ou un enfant qui s'énerve dans une relation qu'il croit conflictuelle, peut prendre du recul et mettre par écrit son ressenti, les choses seront plus nettes car moins parasytées par la présence de l'autre et par la nécessité de parler.

     

    La communication se fait au premier degré, lorsque vous plaisantez il est important de s'assurer que cela a été compris !

     

    La personne porteuse du SA pense que les autres perçoivent les mêmes chose qu'elle, et que ce qu'elle dit est évident...

    Il est bon de rappeler dans ce cas que vous ne l'avez pas compris, et qu'une explication est nécessaire, ce qui est évident pour eux ne l'est pas forcément pour vous et inversement.

    Une autre chose à prendre en compte, un détail insignifiant pour vous, ne l'ai pas toujours pour eux !

     

    Et la personne porteuse du syndrome d'asperger peut recouper des détails du passés qu'elle garde en stock comme des petits tiroirs dans son cerveau et qu'elle peut ressortir des années après pour recouper des données, enrichir ou comparer des informations, elle obtient donc des réponses différentes des vôtres même si éventuellement la perception initiale fut la même, l'enregistrement des données et leur utilisation ne l'est sûrement pas elle !

     

    Pour communiquer l'aspie a besoin d'un lieu calme sans que plusieurs personnes ne lui parlent en même temps, et surtout ne le coupe pas, car il faudra un effort conséquent pour retrouver le fil de ses idées !

     

    Pour communiquer l'aspie a besoin d'un temps de réflexion et d'observation, la conversation si elle est verbale va souvent trop vite, et il y aura une 2° interprétations de la conversation plus tard après votre départ !

     

    Communiquer c'est aussi tenir compte des expressions faciales de l'autre et maîtriser les siennes et là encore cela n'est pas une chose aisée...

     

    Communiquer c'est aussi écouter l'autre, mais difficile pour un asperger qui a une idée à dire, de ne pas couper la conversation, cela jaillit comme une perle créative qui risquerait de s'évanouïr si elle ne s'exprimait pas dans la seconde, ce qui est pris pour de l'impolitesse généralement.

     

    Communiquer c'est s'intéresser à ceux que dit l'autre mais voilà l'aspie lui veut partager son centre d'intérêt restreint du moment...

     

    Apprenons de l'autre pour mieux percevoir son fonctionnement."

     

    Jean-Marc Bonifay

    http://autismepaca.wifeo.com/article-32124-la-communication-chez-la-personn.html

     

    Témoignages

     

    Ce premier témoignage est celui qui m'a le plus marqué car il me correspond à quelques détails près...

    Autodiagnostiquée dans un premier temps, Laure est allée voir avec ses convictions le docteur Tuffreau pédopsychiatre à Vertou près de Nantes et il l'a effectivement diagnostiquée asperger le 11 mars 2005. Le Dr Tuffreau a une longue expérience du syndrome d'asperger et c'est un pro comme il en existe peu en France. Laure est donc officiellement reconnue auprès de la MDPH comme étant asperger.

    BIENVENUE SUR MA PLANETE (témoignage d'une femme auto-diagnostiqué à 39 ans)

    http://www.freewebs.com/laureengerran (aller à témoignage d'asperger)

     

    IL EST BIEN TEMPS ! L’AUTISME ET LA PSYCHANALYSE
    http://www.dailymotion.com /playlist/x1pc1g_Niels3316 0_psychanalyse-vs-autisme

    http://miseenabyme.blog.tdg.ch/archive/2009/06/09/gunilla-gerland-autiste-parle-de-la-prise-en-charge.html

    ASPERGER QUI SOMMES NOUS?COMMENT NOUS RECONNAITRE?

    http://aspies974.skyrock.com/2899424791-ASPERGER-QUI-SOMMES-NOUS-COMMENT-NOUS-RECONNAITRE.html

    Chroniques d'Aspies

    http://etreasperger.blogspot.com/

    http://www.asperansa.org/temoignages.html

     

    Vidéos sur l'autisme et le syndrome d'Asperger

    <

    "Le Dr Eric Fombonne est Directeur du Département de psychiatrie de l’Hôpital de Montréal pour enfants au CUSM et Directeur du Département de pédopsychiatrie de l’Université McGill. Chercheur et clinicien de renommée internationale, il a publié près de 170 articles sur l’autisme et participé à près de 40 ouvrages. Dans cette conférence, Le Dr Fombonne fait une revue des idées récentes sur l’autisme, sa définition, ses causes, les façons de le diagnostiquer et de le traiter sur la base de données probantes. Hinnovic vous invite à écouter cette conférence très enrichissante qui permet de démystifier ce trouble envahissant du comportement fort complexe."

    http://www.theautismnews.com/2009/10/02/l-autisme-demystifie-presentation-du-dr-eric-fombonne/

    <span>N.B: Attention, toutefois la partie concernant la non-responsabilité des vaccins, je trouve qu'il expédie un peu le truc, se veut rassurant en faisant une mini démonstration par A+B qu'il n'y aurait pas de liens avec le mercure bla bla bla..., comme savent si bien le faire ces experts qui savent LA vérité mais sont tenus de ne pas la dire, au risque de faire chapeauter tout le business des autres et briser certains mythes...</span>

    Voir http://www.onnouscachetout.com/themes/medecine/vaccins-mensonges.php

    Effets du mercure sur les neurones S/T

    http://www.dailymotion.com/video/xbcsw3_effets-du-mercure-sur-les-neurones_news

     

    Dieu merci ! Les autistes sont là !

    http://www.youtube.com/watch?v=3osPX42i9N4

    http://vimeo.com/8201060

     

    Le syndrome d'ASPERGER, en savoir plus...

    http://www.dailymotion.com/video/xfkb9h_le-syndrome-d-asperger-en-savoir-plus_creation

     

    Découverte: Autisme 1 de 3

    http://www.youtube.com/watch?v=-vWn8NH5T9k

    Découverte: Autisme 2 de 3

    http://www.youtube.com/watch?v=aZoKtzHpY8I

    Découverte: Autisme 3 de 3

    http://www.youtube.com/watch?v=RQ9Plp_gizM

     

    Voyage Au Centre Du Cerveau - Les Virtuoses De La Mémoire 1/3

    http://www.dailymotion.com/video/x423m7_les-virtuoses-de-la-memoire-1-3_tech

    Voyage Au Centre Du Cerveau - Les Virtuoses De La Mémoire 2/3

    http://www.dailymotion.com/video/x423hk_les-virtuoses-de-la-memoire-2-3_tech

    Voyage Au Centre Du Cerveau - Les Virtuoses De La Mémoire 3/3

    http://www.dailymotion.com/video/x423p0_les-virtuoses-de-la-memoire-3-3_tech

     

    Voyage Au Centre Du Cerveau - Les surdoués de la créativité 1/3

    http://www.dailymotion.com/video/x4258r_les-surdoues-de-la-creativite-1-3_tech

    Voyage Au Centre Du Cerveau - Les surdoués de la créativité 2/3

    http://www.dailymotion.com/video/x6kzj9_les-surdoues-de-la-creativite-2-3_tech

    Voyage Au Centre Du Cerveau - Les surdoués de la créativité 3/3

    http://www.dailymotion.com/video/x45ny8_les-surdoues-de-la-creativite-3-3_tech

     

    Voyage Au Centre Du Cerveau - Une affaire de sexes 1/3

    http://www.dailymotion.com/video/x427ng_une-affaire-de-sexes-1-3_tech

    Voyage Au Centre Du Cerveau - Une affaire de sexes 2/3

    http://www.dailymotion.com/video/x4291f_une-affaire-de-sexes-2-3_tech

    Voyage Au Centre Du Cerveau - Une affaire de sexes 3/3

    http://www.dailymotion.com/video/x429hs_une-affaire-de-sexes-3-3_tech

     

     

     

    <span>Témoignages de personnes avec autisme:</span>

    Autisme vu de l'intérieur 1 de 4

    http://www.youtube.com/watch?v=iziheKlZADU

    Autisme vu de l'intérieur 2 de 4

    http://www.youtube.com/watch?v=eVlHHxJjhSE

    Autisme vu de l'intérieur 3 de 4

    http://www.youtube.com/watch?v=i4hZE_BoXBc

    Autisme vu de l'intérieur 4 de 4

    http://www.youtube.com/watch?v=siCE80-Grpk 

     

    Témoignage partie 1

    http://www.youtube.com/watch?v=769JsuaIHJ4

    Témoignage partie 2

    http://www.youtube.com/watch?v=AoL8YdpsSuQ

     

    Daniel Tammet:

    http://danieltammet.free.fr/

    Daniel Tammet. Reportage, JT de 20h, France 2. le 6 février 2009

    http://www.youtube.com/watch?v=BW-6kbi2P-A

    Daniel Tammet au journal de 13h de France 2, le 12/02/09

    http://www.youtube.com/watch?v=cTQuq_IWN94

    Daniel Tammet dans "le Grand Journal" de Canal +

    http://www.youtube.com/watch?v=XAESCHbueME

    Daniel Tammet à "Salut les terriens"

    http://www.youtube.com/watch?v=JLk68GlpAjk

    Daniel Tammet dans On n'est pas couché part2

    http://www.youtube.com/watch?v=6NKZcQClsxE

     

    Josef Schovanec:

    Syndrome d'Asperger (TF1)

    http://www.youtube.com/watch?v=Q8ZEBRcwu2k

     

    Lyne Laporte raconte l'Asperger

    http://www.youtube.com/watch?v=keONS18iPso

    Le voyage de Maria

    http://www.youtube.com/watch?v=j4q8XJfdpgU

    Autisme & Asperger : mode d'emploi (VO st FR)

    http://www.youtube.com/watch?v=7rgQnlB_jok

    (cliquez sur CC en bas à droite du cadre vidéo pour faire apparaître les sous-titres)

    Le syndrome d'Asperger : le handicap invisible

    http://www.youtube.com/watch?v=sqa2sxKb1MA

    AutisM

    http://www.youtube.com/watch?v=fOidvVf3oMc

    Syndrome d'Asperger

    http://www.youtube.com/watch?v=oNO-YI3Eb4M

    Autisme spectrum & Asperger - francophone vid - anxiete

    http://www.youtube.com/watch?v=xLau8AvmuDo

    Les gènes de l'autisme

    http://www.youtube.com/watch?v=Ke6u4Egu1Ms

    Autisme/Génétique : La recherche fait un bond! (Angers)

    http://www.youtube.com/watch?v=X1DNjjL0Rww

    Dans Mon Langage/ In My Language (french subs)

    http://www.youtube.com/watch?v=1EvvotxGq4k

     

    Autisme - Conférence 8 avril 2010 1/9

    http://www.youtube.com/watch?v=8XlOkgdlATA

    Autisme - Conférence 8 avril 2010 2/9

    http://www.youtube.com/watch?v=EX41WvWQnaM

    Autisme - Conférence 8 avril 2010 3/9

    http://www.youtube.com/watch?v=d2kioMmZagw

    Autisme - Conférence 8 avril 2010 4/9

    http://www.youtube.com/watch?v=xDilyXHsqos

    Autisme - Conférence 8 avril 2010 5/9

    http://www.youtube.com/watch?v=R0D5YGG3CpY

    Autisme - Conférence 8 avril 2010 6/9

    http://www.youtube.com/watch?v=sKgNpXhkTCE

    Autisme - Conférence 8 avril 2010 7/9

    http://www.youtube.com/watch?v=mcNKZs_8LvQ

    Autisme - Conférence 8 avril 2010 8/9

    http://www.youtube.com/watch?v=3YRrM6soF0k

    Autisme - Conférence 8 avril 2010 9/9

    http://www.youtube.com/watch?v=AMvH8-q4jB8

     

    <span>Films avec personnages autistiques (streaming et liens magiques en cherchant bien... genre </span> http://www.megaupload.com/?d=...<span>): </span> 

    Un homme d'exception

    http://lookiz.com/films/16512a397c

    Adam (2010)

    http://lookiz.com/films/4h2xmbva0d 

    Snow Cake

    http://lookiz.com/films/3zv2yvein0

    Nelly

    http://www.megavideo-film-streaming.com/2010/10/16/Nell/

    Rain Man

    http://lookiz.com/films/3ds1zkc5jq

    Crazy In Love (Mozart & The Whale)

    http://lookiz.com/films/1737719d8b

    Benny & Joon

    http://lookiz.com/films/156821eacf

     

    Sites, forums, tests et groupes facebook sur le SA

     

    http://www.asperansa.org/asperger_ahn.html

    http://www.aspiequebec.org/

    http://www.aspergeramitie.com/

    http://dixcretion.unblog.fr/tag/asperger/

     

    Aspi-quizz: Le but de ce test est de donner une indication fiable du spectre de l'autisme chez les adultes.

    http://www.rdos.net/fr/

     

    Tests autistiques...

    • AQ: Quotient Autistique Êtes-vous proche de l'autisme??
    • EQ: Quotient Empathique Êtes-vous sensible aux émotions des autres? (l'empathie)
    • FQ: Quotient Amitié et Relation Comment cela vous concerne?
    • SQ-R: Quotient Méthodique Révisé Êtes-vous méthodique? (dans le sens de régulier et ordonné). Ceci est la version révisé du questionnaire Systematizing Quotient avec des questions plus larges.

    http://pages.videotron.com/frelyne/aspi/AspergerIndex.html

     

    <span>Groupes facebook:</span>

    Club Asperger

    http://www.facebook.com/group.php?gid=366309939332

    Asperger Option Plus

    http://www.facebook.com/pages/Asperger-Option-Plus/252539157477

    APIPA ASPERGER TED

    http://www.facebook.com/group.php?gid=139852496053326

    Asperger Amitié

    http://www.facebook.com/pages/Le-Plessis-Bouchard-France/Asperger-Amitie/133022126721080

     

     

    • <span>Le TDAH (Trouble du Déficit de l'Attention avec ou sans Hyperactivité):</span>

     

    Symptômes du déficit d’attention (TDA)

     

    "Les symptômes du trouble du déficit d’attention (TDA) causent une perturbation significative des relations familiales, scolaires, professionnelles et sociales. Il existe trois sous-groupes majeurs. Ils sont divisés selon le symptôme prédominant : l’inattention, l’hyperactivité et l’impulsivité.

    Ce trouble est aujourd’hui reconnu à travers le monde. Les statistiques sont étonnantes. Il affecte entre 1,7 et 10 % des enfants des pays comme le Canada, les États-Unis, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la Norvège. Le déficit d’attention touche même jusqu’à 15 % des enfants dans certaines villes américaines. Partout, il affecte trois fois plus les garçons que les filles."

    http://deficit-attention.com/symptome/

     

    Le déficit d’attention: Comment vivre soi-même le déficit d’attention ?

     

    Par Edward M. Hallowell M.D.

    "Vivre son Déficit de l’Attention?. Quelles sensations donnent le syndrome? Voici le petit discours que je tiens souvent, quand je rencontre des groupes, en guise d’introduction à l’expérience subjective du déficit d’attention et la manière de vivre avec ça. Le Déficit d’Attention: D’abord le terme me contrarie. En autant que je sois concerné, je crois que la plupart des gens souffrent d’un Désordre Excessif de l’Attention. Je veux dire que l’existence étant ce qu’elle est, on ne peut porter attention à quoique ce soit, pour bien longtemps? Est ce vraiment un signe de santé mentale de pouvoir balancer son carnet de chèques, de s’asseoir tranquille dans sa chaise, et ne jamais oser parler? Quand je regarde autour de moi, ceux qui ne souffrent pas du déficit d’attention me semblent devenir des membres enrôlés de l’ennui chronique."

    http://www.deficitattention.info/vivreTDA.html

    ou

    http://tdahbe.wordpress.com/2010/10/11/le-deficit-dattention-comment-vivre-soi-meme-le-deficit-dattention/

     

    Les additifs alimentaires suspectés d’accroitre l’hyperactivité infantile

     

    "Certains additifs alimentaires, conservateurs ou colorants, peuvent-ils favoriser l’hyperactivité de l’enfant ? L’hypothèse n’est pas nouvelle, mais une publication, jeudi 6 septembre, sur le site de l’hebdomadaire britannique The Lancet, relance les soupçons pesant notamment sur un conservateur, l’acide benzoïque..."

    http://tdahbe.wordpress.com/2010/09/09/les-additifs-alimentaires-suspectes-daccroitre-lhyperactivite-infantile/

     

    Sites sur le TDAH

     

    http://www.tdah-france.fr/-Le-TDAH-.html

    http://www.hyperactif.net/

    http://www.deficitattention.info/

    http://tdahbe.wordpress.com/category/informations-sur-le-tdah/

     

    Vidéos sur le TDAH

     

    Qu’est-ce que l’ADHD (TDAH en anglais) ? (03:58)

    http://www.animatedexplanations.com/Animation.aspx?animation=15

    Qu’est-ce que l’ADHD chez l’adulte ? (04:15)

    http://www.animatedexplanations.com/Animation.aspx?animation=17

    Le TDAH (Trouble du Déficit de l'Attention avec ou sans Hyperactivité)

    http://www.youtube.com/watch?v=aEgaG4et-e0

    Découverte - Le déficit d'attention

    http://www.youtube.com/watch?v=qn55QexvyXg

    Trouble de déficit d'attention (TDAH) chez les adultes-2004

    http://www.youtube.com/watch?v=E9FRXTBVnnc

    Déficit d'attention (TDAH) et le sommeil

    http://www.youtube.com/watch?v=RspiDAe24f0

    TDA/H - journal RTBF juin 2009 (difficulté concentration)

    http://www.youtube.com/watch?v=1L8glpjKSg4

    Le TDAH - Problèmes et solution (mise en scène humouristique!)

    http://www.youtube.com/watch?v=4nlZ0JJNU0U

    Entrevue sur l'hyperactivité dans le milieu scolaire réalisé par Flavie Benoit

    http://www.youtube.com/watch?v=mmGll0QpfGQ

    Atelier - Rendez-vous au-delà du déficit d'attention

    http://www.youtube.com/watch?v=Gi1TzgcUQ-Q

     

      HyperacousieDans sa bulleRêve diurne

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Cet article est à titre informatif exclusivement, il n'incite en aucun cas à l'usage de produit stupéfiant. Consultez la législation en viguer dans votre pays.

    TDAH et Cannabis
    David Bearman, M.D., Californie (USA)
    http://davidbearmanmd.com/
    Traduction autorisée par l’auteur
    http://mcforadhd.free.fr/


      

    Il y a une nouvelle histoire remarquable dans les soins de santé : le Cannabis (Marijuana) pourrait être adapté pour le Trouble Déficitaire de l’Attention / Hyperactivité (TDA ou TDAH). Cette idée a récemment attiré l’attention de la chaine de télévision FOX News qui a rapporté le témoignage du Dr Pédiatre Claudia Jensen : « … les cannabinoïdes [marijuana] sont une alternative viable pour le traitement des adolescents TDA et TDAH … » .

    Le Cannabis et les Cannabinoïdes traitent effectivement le TDAH avec moins d’effets secondaires que les traitements traditionnels (e.g. amphétamines, Ritalin®, Adderal®, Strattera®). Avec l’explosion actuelle des coûts de santé, nous avons ici un traitement qui ne requiert ni pharmacie, ni assurance santé.

    Vous dites que votre enfant de 15 ans n’est pas attentif à l’école, qu’il est agité en classe, parfois perturbateur, et qu’il arrive tout juste à passer les classes scolaires. Mais attendez. Récemment, il va beaucoup mieux. Il fait mieux ses devoirs, et ses notes sont passées de C à A ou B.

    Peut-être avons-nous besoin de regarder plus en détail pour voir s’il se passe quelque chose de significatif. Peut être que les scientifiques qui étudient le système endocannabinoïde, ainsi que les cliniciens qui traitent leurs patients avec le cannabis, les cannabinoïdes et les bloqueurs d’anandamide, ont raison : il traite réellement son TDAH. Votre première réaction est de rejeter cette idée. Mais lisez la suite et vous serez moins vite influencé par 90 ans de propagande non scientifique.

    Le TDAH est un problème coûteux qui tracasse les institutions légales, éducatrices et médicales de santé mentale . Le TDAH affecte 3 à 5% des américains . C’est l’un des désordres psychiatriques les plus communs dans l’enfance et à l’âge adulte, avec des conséquences tragiques fréquentes sur les vies personnelles et professionnelles . Le TDAH est caractérisé par une altération persistante de l’attention (ou concentration) et / ou des symptômes d’hyperactivité et d’impulsivité .

    La prépondérance des études montre que l’usage de cannabis est très largement répandu parmi les souffrants TDAH, soit comme une automédication, soit comme récréation . Alors que certains considèrent avec préjugés que le cannabis exacerbe le TDAH, pratiquement tous les cannabinologistes californiens ont la conviction que le cannabis et les cannabinoïdes ont amélioré significativement les vies des souffrants TDAH, avec moins d’effets négatifs que les traitements communs aux psychostimulants.

    Maintenant que nous avons compris plus de choses à propos du cerveau, du rôle de la dopamine et du système endocannabinoïque, nous commençons à comprendre comment le cannabis, l’anandamide et le dronabinol (THC) agissent pour libérer la dopamine et diminuer la sur-stimulation dans le cerveau. Mais avant d’aller plus loin, il nous faut reconnaître que les souffrants TDAH réagissent différemment de la population moyenne aux médicaments psychostimulants. Cela a été constaté en 1937 lorsque le Dr Charles Bradley tenta de traiter les premiers cas reconnus de TDAH, appelés alors Dysfonctionnement Minimal du Cerveau (DMC), Hyperkinesis, …. Après avoir essayé des sédatifs, ses patients revenaient encore plus hyperactifs. Face à cette réaction paradoxale, il essaya des amphétamines qui les calmèrent.

    A partir de là, les stimulants (drogues sympathomimétiques) sont devenus le pilier pour traiter le TDAH. Il est apparu qu’ils agissent par fixation des transporteurs dopamine libérant ainsi de la dopamine, préalablement liée aux transporteurs dopamine, pour assurer l’inhibition rétrograde. La dopamine agit essentiellement comme un amortisseur de la neurotransmission en dépolarisant le neurone qui l’a libérée. Le problème principal des stimulants est qu’ils s’accompagnent d’effets secondaires inacceptables de nervosité, d’anxiété, de difficultés de sommeil, de réduction d’appétit et d’une plus grande propension à se mettre en colère rapidement.

    Il apparait que le cannabis libère également la dopamine mais avec des effets secondaires bénins. Notant le meilleur profil d’effets secondaires du cannabis, Francis L. Young, Juge à la cour administrative de la FDA (Administration des Médicaments et des Aliments), déclara en 1998 :

    « Pratiquement tous les médicaments présentent des effets toxiques et potentiellement mortels. Mais le Cannabis n’est pas comme ces substances. Il n’existe pas de cas dans la littérature médicale prouvant de manière documentée un décès induit par le cannabis … En termes strictement médicaux, le cannabis est beaucoup plus sur que beaucoup d’aliments que nous consommons…. Le cannabis, sous sa forme naturelle, est l’une des substances thérapeutiques actives la plus sûre connue de l’homme.»

    Le traitement du TDAH au cannabis montre souvent des résultats spectaculaires. Les patients rapportent des notes allant de C à A et B. Dr David Bearman, un médecin pratiquant à Santa Barbara (Californie), rapporte des commentaires de patients : « j’ai réussi mon Académie Maritime parce que je fumais du cannabis », « j’ai eu mon doctorat grâce au cannabis. » Pratiquement universellement, les patients TDAH qui utilisent le cannabis thérapeutique rapportent que cela les aide à être concentré en lisant, à focaliser leur attention plutôt que de penser à plusieurs idées en même temps, à rester attentifs et à faire leurs devoirs.

    Science, Cannabis et Cerveau

    Dans les années 40, le tétrahydrocannabinol (THC) a été identifié comme le constituant psycho-actif principal du cannabis. En 1964, le scientifique israélien Raphael Mechulam isola le principe pharmacologique le plus actif des 483 composants chimiques du cannabis, le delta 9 THC. Bien que les effets psycho actifs du cannabis soient attribuables principalement au THC , on pense que d’autres cannabinoïdes, flavonoïdes et terpenoïdes, également contenus dans le cannabis, peuvent également présenter des vertus thérapeutiques.

    Dans les années 90, les scientifiques ont découvert un grand nombre de récepteurs du THC dans le système nerveux central des mammifères (e.g., vaches, dauphins, humains). Ce système est maintenant connu sous le nom de Système Endocannabinoïque et constitue une part importante du cerveau humain. Son importance a été acceptée lorsque nous avons appris que les récepteurs du THC existaient en nombre beaucoup plus important que les récepteurs ciblés par les centaines de médicaments de la médecine moderne . Cela initia un large intérêt médical pour le cannabis ; de nouvelles découvertes apparaissent pratiquement chaque jour dans la littérature médicale .

    Les premiers récepteurs cannabinoïdes du cerveau humain ont été nommés CB1 et CB2. Ils sont présents en grande quantité dans le système limbique, le midbrain et la partie pro encéphalique du cortex cérébral. Ensuite il a été découvert que le cerveau humain produit plus de 60 endocannabinoïdes (substances se rapprochant du THC) . Les endocannabinoïdes exercent principalement leur action pharmacologique par activation des récepteurs CB1 du cerveau . Alors que le cerveau produit ses propres cannabinoïdes, fumer du cannabis stimule également le système endocannabinoïque du corps humain.

    70% du travail du cerveau consiste à inhiber les entrées sensorielles des 30% restants

    Les symptômes typiques du TDAH incluent la distractibilité. La théorie la plus acceptée à propos du TDAH réside dans le fait qu’environ 70% de la fonction du cerveau est de réguler les entrées pour les autres 30%. La cause du TDAH est probablement une capacité réduite à supprimer les entrées sensorielles internes et externes. Dans le principe, le cerveau est envahi par trop d’informations qui viennent trop vite. Dans le cas du TDAH, le cerveau est trop chargé et trop conscient par rapport aux expériences quotidiennes. Ce phénomène est causé par un dysfonctionnement du système dopaminergique.

    La Dopamine, un neurotransmetteur du cerveau, est le suppresseur clé des stimuli dans le cerveau. Elle agit par un mécanisme unique : l’inhibition rétrograde. Par l’effet dépolarisant de la dopamine sur le neurone qui l’a libérée, celui-ci devient plus difficile à stimuler. La vitesse et la fréquence des signaux neuronaux sont ainsi réduites. Sans dopamine, nous ne pourrions pas nous focaliser, nous concentrer et distinguer les informations importantes (un chef donnant des instructions importantes) des informations moins importantes (e.g. rêvasseries éveillées). Les personnes atteintes de TDAH ont des irrégularités significatives dans leur système de gestion de la dopamine .

    Au début des années 90, les chercheurs ont découvert comment le médicament Ritalin®, le traitement populaire du TDAH, agit ; il augmente les niveaux de dopamine . L’histoire se serait arrêtée là si la Ritalin® n’avait pas de risques potentiels de causer des dommages permanents au cerveau et des problèmes psychiatriques . Même certains médicaments non stimulants peuvent engendrer de sérieux problèmes psychiatriques .

    Depuis que le système endocannabinoïque a été découvert, beaucoup d’études montrent que le cannabis module également le système dopaminergique et est ainsi un traitement potentiel pour le TDAH. Comme il est relaté dans les témoignages suivants de médecins, le cannabis est plus sûr, moins cher, et est un traitement plus efficace que n’importe quel autre produit proposé par les compagnies pharmaceutiques.

    Avis de Médecins

    Dr. Claudia Jensen

    Dr Claudia Jensen, Pédiatre californienne de 49 ans et mère de 2 jeunes filles, a déclaré que le cannabis pourrait être le meilleur traitement pour le TDAH . Dans une interview récente avec la chaine de télévision FOX News, elle a déclaré :

    « Pourquoi quelqu’un voudrait donner à son enfant des pilules qui coûtent chères … avec des effets secondaires inacceptables, lorsque il ou elle pourrait simplement aller dans le jardin, prendre quelques feuilles et faire un thé … ? »

    « Les cannabinoïdes sont une alternative viable pour le traitement d’adolescents atteints de TDA et TDAH … j’ai beaucoup de patients adultes qui ne jurent que par ça . »

    Dans un témoignage en 2004, avant la Réforme du Gouvernement sur la Marijuana (Government Reform on Marijuana) de la Maison Blanche (House Committee), le Dr Jensen a discuté des recommandations pratiques de cannabis pour les patients atteints de TDAH (rapport de 11 pages). Ce témoignage regroupe des centaines de publications scientifiques sur la sureté et l’efficacité du cannabis qui ont établi une forte conviction scientifique ; le cannabis est un médicament important.

    Ses raisons pour considérer le cannabis comme traitement du TDAH :

    « Les autres drogues légales utilisées pour traiter le TDA sont une aide pour beaucoup de patients, mais elles ont aussi des effets secondaires … 5 médicaments sur 9 utilisés pour le traitement du TDA dans notre pays n’ont pas été testés scientifiquement … pour les enfants TDA. Ce sont des médicaments pour la dépression et l’hypertension … Parmi tous les médicaments utilisés pour traiter le TDA, le cannabis est celui qui présente le moins d’effets secondaires sérieux »

    Son explication selon laquelle le cannabis est rejeté par les compagnies pharmaceutiques :

    « Le vrai problème d’autoriser les patients à utiliser le cannabis comme médicament est économique … Si le cannabis était autorisé seulement pour le marché du TDA / TDAH, cela impacterait significativement les ventes annuelles d’un Milliard de Dollars (1M$) des produits pharmaceutiques traditionnels pour le TDA … »

    Dr. Tom O’Connell

    Dr Tom O’Connell, un chirurgien retraité californien de la Bay Area, étudie avec des patients qui s’auto-médiquent avec du cannabis. Dans le Journal du Cannabis dans les Pratiques Cliniques (O’Shaughnessy’s – Spring 2005), le Dr O’Connell résume son étude portant sur 790 patients :

    « … Il y a un constat universel parmi les demandeurs qui ont été diagnostiqué et/ou traités pour le TDA : le cannabis les aide à être et rester focalisé … »

    Le Dr O’Connell déclare qu’il y a un argument fort pour promouvoir le cannabis pour le TDAH ; il est plus sûr que les autres médicaments. Dans une déclaration à la chaîne de télévision FOX News, il indiqua :

    « … Bien que cela choque les sagesses conventionnelles, il est néanmoins vrai que le cannabis est beaucoup plus sur et plus efficace que les substances actuellement recommandées pour le traitement du TDA / TDAH … »

    Le Cannabis est il sûr ?

    La prépondérance des évidences scientifiques montrent que le cannabis est exceptionnellement sûr, pour les adolescents et les adultes. Les articles de Leo Hollister « Aspects Sanitaires du Cannabis » (1986) et « Aspects Sanitaires du Cannabis Revisités » (1998) sont largement considérés comme des recueils qui font autorité dans la sûreté sanitaire du cannabis . L’opinion de Hollister est bien résumée dans son article de 1986 :

    « … on est obligé de conclure que le cannabis est relativement sûr … les études de toxicité du cannabis et de ses constituants amènent à une conclusion inévitable que c’est l’un des médicaments les plus sûr jamais étudié de cette manière. »

    Parmi les nombreux articles qui citent les travaux d’Hollister, il y a un thème commun :

    « …le THC doit être considéré comme un médicament très sûr à la fois pour usage intensif ou long terme. »

    « …bien qu’il y ai eu beaucoup de rumeurs sur des dommages irréversibles dans les hautes fonctions du cerveau à cause d’un usage de cannabis à long terme , les résultats des nombreuses études scientifiques ont échoué à le prouver … Sur la base des 3 meilleures études réalisées (Schwartz, Pope and Block et. al.) les effets cognitifs résiduels sont rarement observés et si présents, sont de nature légère. »

    Le juge Young des lois administratives de la FDA (Administration des Médicaments et des Aliments) n’aurait pas décrit plus clairement la sûreté du cannabis. Il déclara, après deux ans d’audience sur le reclassement du cannabis par la FDA, que le cannabis est l’un des agents thérapeutiques les plus sûrs connu de l’homme. D’après lui, le cannabis est plus sûr que de manger 10 pommes de terre. Sa recommandation de reclassement du cannabis au rang II avait été refusée par l’administration du Président Bush et le Directeur de la FDA John Lawn.

    Les Cannabinoïdes offrent des possibilités excitantes

    Avec la découverte des récepteurs cannabinoïques et une meilleure compréhension du système endocannabinoïque, nous sommes à l’aurore d’une nouvelle aire de connaissance du fonctionnement du cerveau et de nouvelles solutions à appliquer. Il est temps non seulement de créer de nouveaux agonistes ou antagonistes, basés sur les molécules cannabinoïdes, mais aussi de reconnaître le rôle médical que joue le cannabis , non seulement dans le traitement du TDAH, mais aussi du Syndrôme de Tourette, de l’Epilepsie, des Troubles Post-traumatiques, des Troubles Obsessionnels Compulsifs (TOC) et des attaques de paniques. Nous avons besoin aux Etats-Unis de réévaluer notre attitude au regard des phyto-médicaments.

    Il y a un mouvement contemporain selon lequel les médecins pratiquent une médecine basée sur des preuves. Cela est plus facile à dire qu’à faire. Comme le montre l’exemple du Vioxx®, l’accord de mise sur le marché de la FDA ne garantit pas que des effets secondaires ne puissent pas être découverts par la suite. Nous avons besoin d’adopter certains principes Européens selon lesquels l’usage de préparations naturelles aux herbes (comme c’est le cas pour le cannabis) depuis des centaines d’années forme une sorte de certitude. Dans certains cas, ces remèdes traditionnels, parfois ridiculisés, présentent moins d’effets secondaires et agissent aussi bien, voire mieux, que les médicaments mono-chimiques approuvés par la FDA.

    Disons-le : toutes les recherches citées ne sont pas toutes réalisées par les gouvernements fédéraux et d’état. La plupart des études cliniques sont réalisées par des compagnies pharmaceutiques et ne sont donc pas impartiales. Nous dépendons plus de l’expertise de la FDA pour séparer le bon grain de l’ivraie. La FDA doit prêter attention à la science et à la méthodologie des études qui lui sont soumises. Dans la mesure du possible, elle devrait avoir accès aux études qui ne lui ont pas été soumises car les compagnies pharmaceutiques sont connues pour fournir des recherches biaisées, basées sur des conflits financiers et des préjugés . Les médicaments privés et coûteux sont lourdement recommandés alors que les remèdes naturels aux herbes, qui coûtent relativement peu au patient, ont été mis de côté par la communauté médicale.

    Il y a six ans, à la conférence annuelle du CMA, les médecins ont été vivement incités à être conscients de l’usage des patients d’une Médecine Alternative et Complémentaire. Plus de 60% des patients utilisent la MAC, mais au moins 40% ne partagent pas cela avec leur médecin. L’une des herbes utilisées par les patients est le cannabis et l’une des conditions pour laquelle les patients l’ont trouvé utile est le TDAH.

    Médecins, juges et chercheurs commencent à reconnaître la valeur médicale du cannabis. Dans le cas du traitement du TDAH, le cannabis et les cannabinoïdes sont souvent une alternative efficace et plus sûre que les médicaments sympathomimétiques prescrits. Ces stimulants présentent un profil d’effets secondaires inacceptables.

    Si vous voulez parler du cannabis, choisissez un médecin qui a de l’expérience avec le cannabis. De plus en plus de médecins deviennent conscients de la valeur médicinale du cannabis. UCSD est le siège des Centres de Recherche Californiens sur le Cannabis. Il a géré 18 études cliniques sur l’usage, sous forme fumée, du cannabis médical approuvées par la FDA. Ces études ont montré de bons résultats et ont été présentées dans des congrès de médecine. Bayer a déposé une marque commerciale Sativex® et commercialise cette teinture de cannabis au Canada. La Société Internationale de Recherche sur le Cannabis (ICRS) organise des conférences annuelles pour discuter des progrès réalisés sur la connaissance de l’action du cannabis qui apparaît parfois presque comme magique.

    1 http://www.foxnews.com/story/0,2933,117541,00.html
    2 Diagnosis and Treatment of Attention Deficit Hyperactivity Disorder. NIH Consensus Statement Online 1998 Nov 16-18,
    16(2):1-37
    3 National Institutes of Health Consensus Development Conference Statement. Diagnosis of attention-deficit/hyperactivity
    disorder (ADHD). Journal of the American Academy of Child and Adolescent psychiatry, 2000;39(2):182-93
    4 American Psychiatric Association (2000) Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 4th edition, Washington, DC :
    APA
    5 Murphy K. Psychosocial Treatments for ADHD in Teens and Adults : a practice-friendly review. J clinical Psychology. 2005;
    61(5):607-19
    6 Kutcher S. et al. International Consensus Statement on Attention Deficit / hyperactivity Disorder (Adhd) and Disruptive
    Behaviour Disorders (Dbds) : Clinical Implications and Treatment Practice Suggestions. Eur Neuropsychopharmacol.
    2004;14(1):11-28
    7 Dodson Ww. Pharmacotherapy of Adult Adhd. J clin Psychol. 2005;61(5):589-606

    8 Dodson Ww. Pharmacotherapy of Adult Adhd. J clin Psychol. 2005;61(5):589-606
    9 Pertwee Rg. The Central Neuropharmacology of Psychotropic Cannabinoids. Pharmacol. Ther. 1988; 36(2-3):189-261
    10 Herkenham M et. al. Cannabinoid Receptor Localization in Brain [Journal article]. Proc Natl Acad Sci U S A 1990 ;
    87(5) :1932-6

    11 De Petrocellis L et. al. The Endocannabinoid System : a General View and Latest Additions [Journal article]. Br J Pharmacol.
    2004; 141(5):765-74
    12 Murillo-Rodriguez Eric, et. al. Anandamide Modulates Sleep and Memory in Rats. Brain Research. 1998;812(1-2):270-274
    13 Pertwee Rg. Pharmacology of Cannabinoid CB1 and CB2 receptors. Pharmacol Ther. 1997; 74(2):129-80
    14 Oades, et. al., Dev Sci. 2005 Mar ;8(2) :122-31
    15 Nora D. Volkow et. al. The Journal of Neuroscience 2001 ;21 :RC121.
    16 Moll GH et. al. J Child Adolesc Psychopharmacol 2001 Spring ;11(1) :15-24
    17 William Carlezon et. al. Biol Psychiatry. 2003 Dec 15 ;54(12) :1330-7
    18 Food and Drug Administration. Public Health Advisory Suicidal Thinking in Children and Adolescents Being Treated With
    Stratera (Atomoxetine). 29 sept 2005.
    19 Rodriguez De Fonseca F et. al. Role of the Endogenous Cannabinoid System as a Modulator of Dopamine Transmission:
    Implication for Parkinson’s Disease and Schizophrenia. Neurotox Res. 2001;3(1):23-25.

    20 http://www.foxnews.com/story/0,2933,117541,00.html
    21 http://reform.house.gov/UploadedFiles/Claudia%20Jensen.pdfx

    22 Mechoulam R and Golan D Comment on « health Aspects of Cannabis: Revisited ». Int J Neuropsychopharmcol. 1998;1(1):83-
    85
    23 Hollister Le. Health Aspects of Cannabis. Pharmacol rev. 1986;38(1):1-20.
    24 Iversen, Leslie L. the science of marijuana, p. 181 Oxford University Press, 2000
    25 Iversen, Leslie L. the science of marijuana, p. 97 Oxford University Press, 2000

    26 John P. A. Ioannidis. Why Most Published Research Findings Are False. PLoS Med 2005 August; 2(8):el24.
    27 John P. A. Ioannidis, MD . Contradicted and Initially Stronger Effects in Highly Cited Clinical Research. JAMA.
    2005;294:218-228.

     http://mcforadhd.free.fr/TDAH%20Cannabis%20Dr%20Bearman%20Francais.pdf




    Symptômes Chroniques du TDA / Hyperactivité et Cannabinoïdes

    Les personnes atteintes de TDAH, en fonction de leurs propres hypersensibilités et de leur parcours de vie, emotionnel notamment, développent des symptômes chroniques.

    Certains patients traités avec des cannabinoides (de synthèse ou phyto) ont témoigné des améliorations, parfois très significatives, concernant les symptômes suivants. Pour chaque symptôme, une brève explication scientifique est donnée pour décrire l'origine de l'effet positif constaté par les patients :

    - Hyper-impulsivité (agitation, stress d'adrenaline, syndrôme des jambes folles) : Le THC, constituant phyto-cannabinoïque psychoactif, est un agoniste de l'endocannabinoïde amandamine. Il se lie aux récepteurs CB1 présents en très grand nombre dans le cerveau. Il stimule le signal rétrograde inhibiteur dans les synapses. Les conséquences sont une modulation et une réduction de l’activité neuronal, ayant ainsi un effet calmant puissant. Ce phénomène a été confirmé en laboratoire sur des souris (2003).

    - Anxiété incluant douleurs intestinales dûes à des situations stressantes : le THC seul est anxiolytique à faibles doses, mais anxiogène à hautes doses, en fonction des individus. Un autre phyto-cannabinoïdes, le CBD, le cannabidiol, agit de manière complémentaire au THC. Le CBD se lie aux récepteurs cannabinoïques CB2 qui sont impliqués dans la modulation du système neuro-immunitaire. Le CBD est principalement présent dans le chanvre industriel et dans le hachisch. Il est largement connu comme agent anti-anxiété. Il a également l'avantage de réduire l'effet psychoactif du THC. Les patients hyperactifs rapportent des effets positifs sur les douleurs intestinales (stress) et l’état d’anxiété général lorsque le CBD est ajouté au THC.

    - Peurs / Angoisses / crises de Panique : Les récepteurs CB1 sont impliqués dans la plasticité synaptique et les réponses émotionnelles aux stimuli exterieurs. Il est prouvé sur des souris que le THC aide au processus de déconditionnement. Les souris déficientes en récepteurs CB1 présentent des comportements impulsifs anormaux et continuent d’être craintives en comparaison des souris normales.

    - Hypersensibilité en situation émotionnelle ou stressante : Même effet du THC/CBD que sur l’anxiété et les peurs.

    - Manque d'attention, distractibilité : Le THC ralentit l’hyperactivité neuronales des cerveaux hyperactifs, ce qui aide celui-ci à rester focalisé et le patient reste attentif. En 2008, une étude clinique allemande expose les résultats d’un test de performance sur un patient Hyperactif au volant.

    - Insomnie : Le THC ralentit le cerveau et aide à améliorer la qualité du sommeil.

    - Tendance à la dépression : Le THC se lie aux récepteurs CB1 qui ont aussi été identifié comme ayant un effet sur la libération de sérotonine dans les neurones pré-synaptiques. La serotonine est l’agent anti-depresseur naturel du cerveau (Etude du Dr Blass, Autriche).

    - Tendances suicidaires et idées morbides

    - Tendances alcooliques : Tous les patients hyperactifs qui ont déjà été alcoolique témoignent de l’efficacité du cannabis comme substitut. Le cannabis permet de réduire les pulsions internes.

    - Tendances aux abus de drogues (cocaïne, héroïne, ...) : voir tendances alcooliques.


    - TOC (Troubles Obsessifs Compulsifs) - Troubles de l'humeur - Troubles de la Personnalité - Troubles Post-Traumatiques

    - Tics : Le THC est un agent anti-tic comme cela est prouvé pour le syndrome de Tourette, toujours grâce à son action sur les récepteurs CB1.


    - Hyperactivité sexuelle / Manies des jeux / Manie dépensière ....
    http://mcforadhd.free.fr/s ymptomsfr.html

    http://fr.wikipedia.org/wi ki/Cannabis_m%C3%A9dical
    http://www.cannabis-med.or g/index.php?lng=fr
    http://www.cannabis-med.or g/index.php?tpl=page&id=21 &lng=fr
    http://www.creapharma.ch/c annabis.htm
    http://www.cannabisplanet. tv/alliances.html

    "Médicalement, il semble avoir des effets analgésiques. Il permettrait de réduire la taille des tumeurs cancéreuses" source (http://fr.wikipedia.org/wi ki/THC)

    Marijuana thérapeutique : un traitement intéressant pour l'autisme ?
    http://www.autism.com/tran _fr_medicalmarijuana.asp

    Cannabis: A Treatment For Autism
    http://www.youtube.com/wat ch?v=SEuUAk7Ug1I

    MEDICAL MARIJUANA TO MANAGE AUTISM IN CHILDREN
    http://www.youtube.com/wat ch?v=DC8li-atTBw

    Medical Marijuana - Autism - Cannabis Medicine
    http://www.youtube.com/wat ch?v=WonHINLQdL8

    Les apports de l'herbe selon Bob Marley
    http://www.youtube.com/wat ch?v=9JOr8zQu2UQ

    Légaliser le cannabis pour sauver la planète...
    http://www.youtube.com/wat ch?v=DGzEQelXASY

    Cannabis =La plante la plus écologique
    http://www.youtube.com/wat ch?v=3w5RkQKbyuU

    Le Cannabis: multi-usages et écologique...
    http://www.mili-terre.com/ article/13/645/le-cannabis -multi-usages-et-ecologiqu e.htm

    Cannabis Médical
    http://www.dailymotion.com /video/x3j7ek_cannabis-med ical_tech

    Et si on légalisait le cannabis ?
    http://mega-streaming.info /video/G3133G82446B/Et-si- on-l%C3%A9galisait-le-cann abis-

    Au Nom du Chanvre
    http://mega-streaming.info /video/KX5H8B98N779/Au-Nom -du-Chanvre-

    Grass - Le Peuple de l'Herbe
    http://mega-streaming.info /video/A5994H4HKNMA/Grass- Le-Peuple-de-l8217Herbe-

    Jack Herer - L'Empereur du Culture Chanvre
    http://mega-streaming.info /video/X135G4GG17B1/Jack-H erer-L8217Empereur-du-Chan vre

    Arte - Drogues et cerveau - Cannabis
    1/5 http://www.youtube.com/wat ch?v=0d5bP-sqyk8
    2/5 http://www.youtube.com/wat ch?v=NuYBqK2DeX4
    3/5 http://www.youtube.com/wat ch?v=ZxJpFbTgLfY
    4/5 http://www.youtube.com/wat ch?v=ayAU3Xkl1lA
    5/5 http://www.youtube.com/wat ch?v=j7bwBkiKJ8c

    Marijuana décriminalisée au Canada pour n'importe quelle raison de santé
    http://www.youtube.com/wat ch?v=2vSjKI-YT58

    Cannabis, une plante entre le bien et le mal
    http://video.google.com/vi deoplay?docid=-36127531512 47080101#
    "Le cannabis Sativa était la plante au multiple usage domestique et même industriel. Elle l’est encore, mais elle n’a pas la place qui lui reviens à cause de son côté psychotrope. Découvrez au travers ce documentaire de Arte l’histoire complète de cette plante qui pourrait aujourd’hui régler bien des problèmes si la majorité des gouvernements de la terre légalisait totalement cette plante pour un usage commercial. Je ne vous en dis pas plus, regardez le documentaire pour connaître tout son histoire méconnu et oublier du grand publique."
    http://cequevousdevezsavoi r.wordpress.com/2011/01/28 /cannabis-une-plante-entre -le-bien-et-le-mal/

    R.I.C (Roots Intention Crew) - "KAïNA" le CLIP
    http://www.dailymotion.com /video/x6ro3y_r-i-c-roots- intention-crew-kaina-le_mu sic

    Pour plus d'infos sur les cannabinoïdes et les carottes, par ici... ;-)
    (CANNABIS MEDICAL les cannabinoïdes et le système des endocannabinoides ..., conspiration...)
    http://www.youtube.com/vie w_play_list?p=DC32002DA0A8 E203
    http://www.dailymotion.com /playlist/x1dc3k_Niels3316 0_k-nabis

    Traduction libre de"the magic weed ,marijuana conspiracy" sur google video
    part/1 http://leweb2zero.tv/video /t3rpr_9845bbe1afeaa6d
    part 2 /http://leweb2zero.tv/video /t3rpr_4645bbe3290f517


    http://mcforadhd.free.fr/TDAH%20Cannabis%20Dr%20Bearman%20Francais.pdf

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     

     

    Cet article à pour vocation d'apporter ou vision ou approche anti-psychanalytique de toutes ces thématiques qui me semble évidemment liées!!! La psychanalyse "traditionnelle" au sein de la psychiatrie en générale ayant tendance à tout compartimenter (d'où ce débat sans fin sur les "étiquettes"!!!) pour justifier les traitements médicamenteux de leurs amis les pharmaciens avec les "miracles" des neuroleptiques notamment et autres "benzomachintruc"... Ou des thérapies bizarre (internement, packing et autres camisoles en tout genre... N'avez vous pas remarqué l'étrange composition du terme camisole, Cam-isole...)!

    (...)

     

    • Autisme et schizophrénie: pas toujours une question d’hérédité

     

    "« Notre recherche souligne l’importance des mutations de novo dans la prédisposition génétique à l’autisme et à la schizophrénie. Nous avons observé une fréquence accrue de mutations de novo sévères dans les principaux gènes cérébraux associés à ces deux maladies », explique le directeur de cette étude, Guy Rouleau, professeur à l’Université de Montréal, directeur du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine et chercheur au CRCHUM.

    Qu’est-ce qui pourrait bien provoquer de telles mutations génétiques «récentes» et sévères ?

    C’est quelque chose ça ! Il ne s’agit pas de la longue et patiente évolution de la vie… qui avance à si petits pas que la science ne peut qu’émettre des hypothèses à son sujet; il s’agit de mutations qui se produisent pendant une courte période: la vie d’un seul être humain. Ce n’est pas rien ! On ne parle pas de l’âge des sujets mais imaginons qu’il devait bien y avoir quelques enfants parmi ceux atteints d’autisme non ? Nous devons comprendre ce qui provoque des mutations sévères et aussi rapides de l’ADN humain !

    Que s’est-il passé pendant la vie de ces personnes pour que certaines de leurs cellules cérébrales mutent aussi dramatiquement ? Quand on ne peut plus pointer l’hérédité que reste-t-il ? on ne viendra pas dire que c’est provoqué par un état de conscience altérée non ? (je pense donc je mute) la conscience n’influence pas la matière à les entendre.

    Alors c’est quelque chose de physique ? peut-être quelque chose que ces sujets ont ingéré (d’une manière ou d’une autre) durant leur vie, peut-être au début de leur vie, alors que leur organisme était particulièrement vulnérable et délicat ? qui sait ? Nous avalons et nous faisons injecter tellement de cochonneries au cours de notre vie qu’aucun scientifique ne peut avancer qu’à long terme, ces différents mélanges soient sans danger.

    Si cette recherche n’est pas jugée trop risquée par l’industrie, elle pourrait mener à d’autres études au cours desquelles je vous parie qu’on regardera de tous les côtés, sauf dans la direction du (ou des) présumés coupable(s).

    Pensez-vous que l’industrie (incluant l’industrie chimico-agro-alimentaire qui s’en met plein les poches en nous empoisonnant à petits feux) va subventionner sa propre perte ? Les vrais coupables peuvent se cacher encore longtemps, leurs bouc-émissaires sont interchangeables et la vie de ces derniers n’a pas plus d’importance que la nôtre à leurs yeux..."

    http://www.resterenvie.com/blogue/?p=992 

     
     

    • Le trouble borderline ou TPL (Trouble de la Personnalité Limite):

     

    Etat des lieues, synthèses à voir pour commencer sur ce premier site...

     

    "Troubles de la personnalité, personnalités pathologiques. Classification, grandes lignes des troubles de la personnalité. DSM IV et troubles de la personnalité, CIM et troubles de la personnalité. Profils cognitifs. Vision psychanalytique..."

     

    "Le but recherché n'est pas de détailler et d'expliquer longuement les différents troubles de la personnalité mais tenter de faire ressortir des traits marquants, des symptômes de chaque trouble.

    Vous trouverez donc sur cette page plusieurs visions des troubles de la personnalité.

    http://www.aapel.org/bdp/BLtroublespers.html

     

    - L'énumération simple des troubles de la personnalité selon le DSM IV américain

    - Notre vision (en partant de la liste DSM IV) (<span class=" fbUnderline">notre = l'équipe du site</span>)

    - La vision francophone (européenne)

    - La vision cognitive selon Beck

    - La vision psychanalytique de la personnalité selon Freud & co...

     

    La "morale de l'histoire" touche au mythe de la tour de Babel. C'est à dire que dans notre monde actuel, des "psy" se côtoient et ne parlent pas la même "langue". C'est ainsi que selon le "psy" que l'on a face à soi, on peut se retrouver avec des diagnostics totalement opposés selon la "religion" du psy. La définition du trouble de la personnalité borderline vue par le DSM (vision internationale) ou du trouble..."

     

    Synthèse incontournable et très clair ici!!! http://www.aapel.org/bdp/BLtroublespers.html

     

    Ceci dit je remet sérieusement en cause certaines incompatibilités notamment borderline-schizoïde... C'est très réducteur à mes yeux car il y a tellement de similitude!!! Borderline étant la partie "malade" et schizoïde la partie "protectrice"...

     

     

    Qu'est-ce que le trouble de la personnalité limite (borderline)?

     

    "Le trouble de la personnalité borderline (ou trouble de la personnalité limite) est caractérisé par des émotions intenses, des comportements impulsifs et une instabilité de l'identité et des relations. Le trouble est généralement considéré comme résultant d'une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux (les expériences vécues).

     

    Voici les critères du DSM-IV pour le diagnostic de ce trouble:

     

    Il s'agit d'un mode général d'instabilité des relations interpersonnelles, de l'image de soi et des affects avec une impulsivité marquée, qui est présent au début de l'âge adulte et dans des contextes divers, comme en témoignent au moins cinq des manifestations suivantes: 

     

        (1) efforts effrénés pour éviter les abandons réels ou imaginés

     

        (2) mode de relations interpersonnelles instables et intenses caractérisées par l'alternance entre les positions extrêmes d'idéalisation excessive et de dévalorisation

     

        (3) perturbation de l'identité: instabilité marquée et persistante de l'image ou de la notion de soi (ex. retournements brutaux et dramatiques de l'image de soi, avec des bouleversements des objectifs, des valeurs et des désirs professionnels; des changements soudains de d'idées et de projets concernant la carrière, l'identité sexuelle, le type de fréquentations)

     

        4) impulsivité dans au moins deux domaines potentiellement dommageables pour le sujet (ex.: dépenses, sexualité, toxicomanie, conduite automobile dangereuse, crises de boulimie).

     

        5) répétition de comportements, de gestes ou de menaces suicidaires, ou d'automutilations

     

        6) instabilité affective due à une réactivité marquée de l'humeur (ex.: dysphorie épisodique intense, irritabilité ou anxiété durant habituellement quelques heures et rarement plus de quelques jours)

     

        (7) sentiments chroniques de vide

     

        (8) colères intenses et inappropriées ou difficulté à contrôler sa colère (ex.: fréquentes manifestations de mauvaise humeur, colère constante ou bagarres répétées)

     

      (9) survenue transitoire dans des situations de stress d'une idéation persécutoire ou de symptômes dissociatifs sévères. 

    Le diagnostic est porté chez une personne rencontrant au moins 5 de ces manifestations si les symptômes sont sévères et sont présents assez longtemps pour causer une détresse émotionnelle ou des problèmes de fonctionnement dans les relations ou au travail.

     

    Des épisodes psychotiques (paranoïa ou perte d'un sens de la réalité) temporaires sont possibles particulièrement lorsque la personne traverse une crise personnelle.

     

    Le trouble de personnalité limite (borderline) est souvent accompagné d'autres troubles tels que troubles de l'humeur (dépression, trouble bipolaire), abus de substance, trouble alimentaire (ex. boulimie)." (...)

    http://www.psychomedia.qc.ca/pn/modules.php?name=News&file=article&sid=3884

    Voir aussi...

    DOSSIER: Trouble de la personnalité limite (ou borderline)

    http://www.psychomedia.qc.ca/pn/modules.php?name=News&file=article&sid=7126

     

     

    Le trouble de la personnalité limite (borderline) serait sous-diagnostiqué

     

    "Le trouble de la personnalité limite (borderline) pourrait être sous-diagnostiqué selon une étude de l'École de médecine du Mont Sinai (New York) présentée au congrès annuel de l'American Psychiatric Association. L'étude portait sur les antécédents de diagnostics et de traitements chez 70 personnes rencontrant les critères de ce trouble.

     

    Le diagnostic de trouble de la personnalité limite peut être difficile à poser parce que les symptômes de ce trouble chevauchent ceux d'autres troubles..."

    http://www.psychomedia.qc.ca/pn/modules.php?name=News&file=article&sid=6877

     

     

    Le trouble de personnalité limite souvent diagnostiqué comme trouble bipolaire

     

    "Une étude de l'Université Brown (É.U.) montrait que moins de la moitié des personnes ayant reçu un diagnostic de trouble bipolaire (aussi appelé maniaco-dépression ou psychose maniaco-dépressive) recevait une confirmation de ce diagnostic lorsqu'une évaluation rigoureuse était réalisée avec un outil d'entrevue clinique. Dans une deuxième phase de cette étude, publiée dans le Journal of Clinical Psychiatry, Mark Zimmerman et ses collègues ont déterminé les diagnostics exacts de ces personnes.

     

    Le diagnostic le plus fréquent chez 82 personnes ayant reçu erronément un diagnostic de trouble bipolaire était le trouble de la personnalité limite (ou borderline).

     

    D'autres diagnostics retrouvés chez les personnes ayant reçu un diagnostic erroné de trouble bipolaire étaient la dépression majeure, le trouble du contrôle des impulsions, le trouble de personnalité antisociale, l' état de stress post-traumatique et les troubles alimentaires." (...)

    http://www.psychomedia.qc.ca/pn/modules.php?name=News&file=article&sid=7049

     

     

    Le trouble de personnalité limite, une maladie neuropsychologique qui se précise

     

    "Chez les personnes souffrant du trouble de personnalité limite (TPL), aussi appelé trouble de la personnalité borderline, il y a des différences de densité dans la matière grise (constituée par les cellules nerveuses et leurs connexions) de deux régions clés du circuit de régulation des émotions. Ces différences se reflètent par des anomalies dans le fonctionnement de ces régions.

     

     

    Les personnes souffrant de TPL ont un excès de matière grise dans l'amygdale, une structure du cerveau liée à la peur et à l'anxiété. Cette région est sur-activée en réponse à certains stimuli perçus comme menaçants.

     

    À l'inverse, une région qui régule l'amygdale, le cortex cingulaire antérieur situé à l'avant du cerveau, présente une déficience en cellules nerveuses et est sous-active. Cette région échoue à jouer son rôle qui serait normalement de mettre un frein à l'emballement de la réponse de peur, expliquent les chercheurs.

     

    Des altérations similaires dans les mêmes circuits ont été associées à la dépression et aux troubles anxieux, indiquant que le TPL peut partager des mécanismes communs avec ces troubles qui ont traditionnellement été abordés par la lorgnette de la biologie. Rappelons que les troubles de la personnalité ne sont traditionnellement pas considérés comme reliés à des problèmes organiques du cerveau." (...)

    http://www.psychomedia.qc.ca/pn/modules.php?name=News&file=article&sid=6298

     

     

    Une influence génétique pour le trouble de personnalité limite (borderline)

     

    "Le trouble de personnalité limite (borderline) est en grande partie génétique selon une récente recherche américaine et néerlandaise publiée dans la revue Psychological Medicine.

     

    Timothy Trull de l'université du Missouri et ses collègues ont étudié les données de 5496 jumeaux aux Pays-Bas, en Belgique et en Australie : 42% de la variation dans les caractéristiques de personnalité limite était attribuable à l'influence génétique et 58% à l'influence environnementale. Ces résultats étaient consistants à travers les trois pays.

     

    Il n'y avait pas de différence dans les taux d'héritabilité entre hommes et femmes. Les jeunes présentaient plus de traits du trouble que les adultes plus âgés." (...)

    http://www.psychomedia.qc.ca/pn/modules.php?name=News&file=article&sid=6488

     

     

    "Dr Fineltain Ludwig, Neuropsychiatre-Psychanalyste ACTUALITE DU SYNDROME BORDERLINE

    Étant donné l'importance et la complexité du sujet, ce troisième numéro du Bulletin de Psychiatrie lui sera entièrement consacré. On trouvera un premier article qui survole l'ensemble de la problématique borderline et un second article étudie, au travers des symptômes, la question philosophique du projet d'existence chez le borderline. Nous nous demanderons aussi comment ce syndrome met en question et subvertit les doctrines psychiatriques classiques dans des domaines aussi divers que la nosologie et la psychanalyse.

    Prochains articles prévus dans le numéro 4: -Internet et la psychiatrie -La psychiatrie du futur"

     

    1)Définitions

    2)Les errements de la terminologie: borderline, état-limite ou styxose?

    3)Le cheminement du concept 1938 à 1985.

    4)L'étude des publications contemporaines de 1993 à 1995

    5)La thèse psychanalytique de Harold Searles et d'autres auteurs

    6)Le syndrome borderline et le suicide

    7)Le syndrome borderline et la sexualité

    8)Deux cas cliniques

    9)Réflexions sur le syndrome borderline

    10)Subversion de la technique psychanalytique

    11)Subversion de la nosologie classique

    12)La téléologie. Outre l'analyse du transfert il faut prendre en compte le projet de vie ou "télos" méthode que je nommerais volontiers téléoanalyse."

    http://www.bulletindepsychiatrie.com/bulle3.htm

     

    http://www.personnalitelimite.org

    http://www.aforpel.org/

    Vidéos

     

    Le trouble de personnalité borderline

    http://www.dailymotion.com/video/x5ljoh_le-trouble-de-personnalite-borderli_webcam

    Trouble de Personnalité Limite (T.P.L.)/Borderline

    http://www.youtube.com/watch?v=371_cYaBB8Q

     

    • Trouble de la personnalité schizoïde ( signes autistiques évidents!!!)

     

    "Cette personne vit seule sans ressentir les conséquences de sa solitude. Elle ne manifeste aucun intérêt pour les relations sociales. Elle n'est pas touchée par les marques de sympathie ou d'affection et n'exprime quasiment jamais ses émotions. Ses loisirs sont solitaires et son activité professionnelle est souvent indépendante

    La personne schizoïde, chez qui donc règne la peur inconsciente d'être présent et d'avoir à s'investir dans le monde concret, peut manifester des symptômes divers :

    • appétit coupé par les émotions et/ou la peur (anorexie). Repas en petites quantité, à plusieurs reprises dans la journée

    • les diverses maladies de la peau (eczéma, allergies, ...)

    • problèmes respiratoires

    • angoisse et anxiété sans aucune raison extérieure

    • dépression, fatigue chronique, manque d'énergie, difficulté de concentration et de mémoire. L'inconscient retirant constamment l'énergie, le sujet déprime et perd le goût de vivre sans comprendre pourquoi

    • facilement attiré par les psychotropes, qui auront tendance à le propulser encore plus en dehors de la réalité, abus de sucres, drogues

    • faiblesse immunitaire et problèmes de circulation sanguine. Le sujet a souvent les extrémités du corps (mains et pieds surtout) froides

    • le sujet n'a pas tendance à prendre soin de son corps.

    Ces sujets apparaissent doux, affables, introvertis,en générale on retrouve les caractéristiques suivantes:

    • ils sont réservés et ne cherchent pas le contact avec autrui

    • sexualité absente ou réduite, souvent immature

    • ils présentent souvent un attachement aux animaux.

    • vie imaginaire riche

    • pas de troubles du cours de la pensée ou de bizarrerie de comportement.

    Pour les personnes schizoïde, en général, le comportement des autres n'est pas facile à comprendre et à décrypter. Par exemple, il a du mal à se mettre à la place des autres et donc à imaginer ce que peuvent être leurs émotions ou leurs sentiments. Autrement dit, elle n'est pas ou peu capable de se montrer empathique. La personne schizoïde préfère donc s'isoler, vivre en retrait dans son propre monde. Elle a de fait peu d'amis intimes et s'arrange fort bien avec cette solitude relative et choisie dont elle a réellement besoin pour se ressourcer. Inutile donc de chercher à être en permanence en communication avec une personne schizoïde ! Mieux vaut apprendre à respecter cet espace de silence dont elle a besoin.Si la personne schizoïde paraît indifférente aux critiques ou aux compliments des autres, elle n'y est pas moins sensible mais elle ne sait pas nécessairement l'exprimer ou le montrer, ce qui peut être parfois déroutant. Dès lors, sachez être attentif à des expressions émotionnelles discrètes et « n'exigez pas d'elle qu'elle exprime des émotions intenses »."

    http://les.autres.over-blog.net/article-3643235.html

     

    Sites intéressants sur la personnalité schizoïde

    http://www.schizoide.net/

     

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Trouble_de_la_personnalit%C3%A9_schizo%C3%AFde

     

    http://www.psychoweb.fr/articles/psychopathologie/74-groupe-a-personnalite-schizoide.html

     

    La période ascensionnelle - Personnalité - Cycloïdes et schizoïdes

    http://www.megapsy.com/Mental/pages/030.htm

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique